Les anti-vaccins et l’absence de rigueur scientifique

Agnès Buzyn, hématologue et ministre de la Santé, a annoncé vouloir porter de trois à onze le nombre de vaccins obligatoires en France pour les enfants. Serait ajouté au vaccin obligatoire DTP (diphtérie, tétanos, poliomyélite), ceux contre la coqueluche, la rougeole, les oreillons, la rubéole, l’hépatite B, l’infection par la bactérie Haemophilus influenzae, le pneumocoque et le méningocoque C. En pratique, il s’agit presque d’une formalité. En effet, les huits vaccins restants sont recommandés et presque tous les enfants les ont, mais de plus, les vaccins obligatoires sont souvent combinés avec d’autres recommandés pour une seule injection. Par exemple, le vaccin appelé « DTCP-Hib » inclut, en plus de DTP, la coqueluche et les infections à Haemophilus influenzae. Tordons le cou à une idée reçue, cette vaccination obligatoire n’est pas une spécificité française pour protéger nos laboratoires. Une dizaine d’autres pays européens ont une vaccination obligatoire. De plus, de nombreux pays européens où la vaccination n’est que « recommandé » ont dans les fait un taux de vaccination plus élevé qu’en France.

On observe une levée de bouclier importante face à cette vaccination obligatoire. Sur les réseaux sociaux sont partagés des dizaines d’articles incitant les gens à ne pas se vacciner. Le phénomène prend une telle ampleur qu’il en devient inquiétant, pour plusieurs raisons. La principale, c’est que la vaccination sauve des vies. Par conséquent, refuser de vacciner son enfant, c’est aussi prendre le risque qu’il meurre ou qu’il transmette une maladie mortelle à un enfant qui ne peut pas être vacciné (parce qu’il a une pathologie ou une allergie). Un seul exemple : le tétanos. Le tétanos peut s’attraper facilement dès qu’on a une plaie, suite à une blessure, une morsure de chien, une griffure de chat, un tatouage ou une opération chirurgicale. Le tétanos entraîne la mort dans 20 à 30 % des cas. Pour les chanceux, la guérison passe souvent par des soins intensifs. Autre fait, le vaccin antitétanique est considéré comme très sûr et efficace par le monde médical et n’entraîne que très peu de réactions allergiques (quelques cas par million de doses).

Est-ce que les laboratoires se font beaucoup d’argent avec les vaccins ? Ce n’est pas leur activité la plus rentable, mais oui, ils ne le font pas à perte. Lesdits laboratoires ont donc un intérêt commercial, mais cela invalide t-il leur produit pour autant ? Si le commercial est sournois, le chercheur biologiste peut être sérieux et le produit peut être bon quand même. Je regrette personnellement que l’industrie pharmaceutique ne soit pas un service public. L’état doit bien sûr contrôler et surveiller la production. Les scandales sanitaires existent (sang contaminé, amiante, Servier) mais cela n’est pas pour ça que tout est pourri. Une entreprise pharmaceutique qui rate ses vaccins ou ses médicments va aller rapidement à la faillite, ce n’est pas son intérêt économique. Il faut reconnaître que l’industrie pharmaceutique est un lobby dangereux pour la démocratie et que, c’est vrai, il y a des cas rares de graves effets secondaires après la vaccination. Ceci ne doit cependant pas mettre en cause la validité de la vaccination. On touche ici l’élément clef : les anti-vaccins, et la population en générale, a beaucoup de mal à comprendre un raisonnement scientifique. Il est intéressant de lire les discours et de regarder les écrits de ses « antivax » : ils se basent souvent sur des rumeurs, des sources pas très fiables, ils ne recoupent pas leur informations… Pour l’anecdote, j’ai vu un internaute relayer une information qu’il avait vu sur un site entre un article sur « L’Islam et la résistance au Nouvel Ordre Mondial », un autre sur « Le secret de Toutankhamon qui aurait pu détruire le sionisme », en passant par les illuminatis et les huiles essentielles. Une visite rapide sur un moteur de recherche aurait pourtant permis à un béotien de trouver des informations détaillées et pédagogiques d’universités francophones ou de l’Organisation Mondiale de la Santé. Tristement, beaucoup de gens relaient les informations qu’ils lisent ou qu’ils entendent sur les réseaux sociaux, sans même chercher à les vérifier.

La lutte contre la vaccination relève à la fois de l’obscurantisme et de l’absence de méthode de réflexion. On attribue aussi au monde de la science de vouloir comploter contre le peuple. C’est du fantasme. Il n’y pas de sujet passés sous silence par les scientifiques. La communauté scientifique – quel que soit le domaine, archéologie comme mathématiques – est diverse et variée. Il y a des chercheurs dans des universités richissimes avec des tonnes de brevets, des chercheurs isolés passionnés qui économisent sur leur confort pour leur passion, il y a des athées, des bouddhistes, des libéraux, des socialistes. Il y en a de tous bords politiques et religieux. Il y a des scientifiques au Japon, en France, en Iran, en Russie, en Argentine. Tous ont des motivations différentes : le partage, la reconnaissance par leurs pairs, l’argent, l’enseignement. Bref, si une chose géniale ou dangereuse est découverte, c’est impossible à cacher, cela sortira toujours par quelqu’un.

Il y a cinquante ans, quand les virus faisaient tomber les gens comme des mouches (polio, coqueluches etc), personne n’aurait eu l’idée d’être anti-vaccin. Aujourd’hui, quand tout le monde est sain à cause de la vaccination, que des virus sont quasi éradiqués, on entend « les vaccins, ça sert à rien, c’est dangereux » …