Présidentielle 2017 : Nicolas Dupont-Aignan

Gaulliste et souverainiste, Nicolas Dupont-Aignan adhère dès au 1974 au Rassemblement pour la République (RPR, alors UDR) de Jacques Chaban-Delmas et Jacques Chirac, puis en 1999 rejoint le Rassemblement pour la France (RPF) de Charles Pasqua et Philippe de Villiers, arrive en 2002 à l’Union pour un mouvement populaire (UMP) de Nicolas Sarkozy. En 2007, il claque la porte de l’UMP pour fonder son propre mouvement Debout la République, renommé plus tard Debout la France (DLF). Il est candidat à la présidentielle en 2012. Nicolas Dupont-Aignan récidive en 2017, où il fait une bonne campagne : il a su occuper les projecteurs et profiter du Penelopegate pour se présenter comme une alternative à François Fillon.

Nicolas Dupont-Aignan est bien à droite de l’échiquier. Il veut réduire l’immigration qu’il dénonce fréquemment et souhaite dénoncer les accords de Schengen ; il met en cause fréquemment l’islam. Il souhaite aussi lutter contre le laxisme, veut des centres de détention plus durs. Il a soutenu, avec le Front National, Robert Ménard à la mairie de Béziers en 2014, puis des canidatures portées par la Ligue du Sud – le parti d’extrême-droite de Jacques Bompard – aux élections départementales de 2015. Cela marque probablement sa différence avec François Asselineau. Comme Marine Le Pen, il critique beaucoup l’Union Européenne et l’euro mais n’est pas très clair sur les modalités de sortie. Sa politique est plutôt libérale, comme celle de François Fillon.

Enfin, comme l’a démontré le YouTubeur MisterJDay, le programme de Nicolas Dupont-Aignan est brouillon et manque de sérieux.

Présidentielle 2017 : François Asselineau

François Asselineau est un ancien haut fonctionnaire français. Diplômé d’HEC et de l’ENA, il parle japonais. Proche de Charles Pasqua, il rejoint le parti de ce dernier, le Rassemblement pour la France, en 1999. En 2004, il rejoint l’Union pour un mouvement populaire de Nicolas Sarkozy. En 2007, il fonde son parti Union populaire républicaine (UPR). Après avoir échouhé à se présenter à la présidentielle de 2012, il s’est préparé pendant 5 ans pour avoir les signatures nécessaires pour 2017.

Très technocrate et incollable sur les traités européens et la constitution française, François Asselineau aborde essentiellement un seul sujet : l’indépendance de la France. Il désire la sortie de la France de la zone euro, de l’Union européenne et de l’OTAN. Il ne veut rien renégocier mais sortir immédiatement de l’Union européenne, à la britannique. Pour lui, la construction européenne est la cause principale des problèmes des Français. Il s’oppose aussi au poids des banques sur la politique française. En terme de géopolitique, il est pour renouer le dialogue avec la Russie, rompre l’alignement avec le Qatar et l’Arabie Saoudite. Il veut porter le budget de la défense à 3% du PIB (actuellement il est à 1,77%). Enfin, son programme contient des réformes administratives techniques, dont la volonté d’établir une nouvelle constitution soumise à un référendum. Ses mesures sont souvent le plus souvent teintées de gaullisme et de souverainisme. Au sujet des nouvelles technologies, François Asselineau veut favoriser les logiciels libres, garantir l’anonymat sur Internet, protéger les lanceurs d’alerte et établir la neutralité du réseau. François Asselineau veut aussi « lancer une grande politique publique de médecines douces et alternatives, encadrée par des expertises médicales incontestables », ce qui est particulièrement paradoxal – car le terme « médecine douce » s’oppose à la médecine normale, et c’est cette médecine, non douce, qui est une science encadrée par des expertises.

S’il est souverainiste, on peut lui savoir gré de ne jamais tomber dans le racisme primaire et de s’opposer clairement à la diabolisation des immigrés et des musulmans, comme peut le faire parfois le Front national, tout comme Nicolas Dupont-Aignan ou François Fillon. Ainsi, son programme énonce : Refuser la stigmatisation insidieuse des Français d’origine arabe ou de confession musulmane comme la stigmatisation de tout Français en vertu de ses origines sociales ou ethniques ou bien de ses convictions politiques ou religieuses. Dénoncer la théorie du « choc des civilisations » comme une théorie fausse et nocive et prendre des mesures, notamment éducatives, pour convier les peuples à la « concorde des civilisations ».

Bref, François Asselineau est issu de la tradition de la droite gaulliste, il est farouchement souverainiste et pour un Frexit immédiat. On lui voit une certaine proxmité avec Nicolas Dupont-Aignan. On notera aussi que son proramme est léger. Souvent comparé à l’extrême-droite et Marine Le Pen par les médias, son programme est bien différent : Marine Le Pen est notamment plus floue au sujet d’une éventuelle sortie de l’Union européenne, elle est pour une politique plus sociale et elle est partisane des théories du choc des civilisations et du grand remplacement.