Présidentielle 2017 : Nathalie Arthaud et Philippe Poutou

Entre les candidats de Lutte ouvrière (LO) et du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), peu de différences de programme. Ils défendent les ouvriers contre les patrons, les bourgeois et les capitalistes. Ils dénoncent la lutte des classes. Ils veulent une hausse des salaires et des aides sociales, interdire les licenciements. Ils prônent la révolution par la rue et la libre circulation des peuples. Pour eux, l’Union européenne n’est pas un problème et sert d’épouvantail aux patrons pour opprimer les salariés. Ils sont contre la politique sécuritaire et l’état d’urgence des gouvernement Valls et Caseneuve. Nathalie Arthaud et Philippe Poutou sont candidats mais déclarent ne pas vouloir faire de compromis ni même être élus.

Il subiste cependant des différences non négligeables. LO parle essentiellement aux ouvriers et aux petits employés, alors que le NPA parle à tous les Français anticapitalistes. Dit autrement, Lutte ouvrière est garant d’un dogme communiste (et refuse toute alliance avec une autre formation) alors que le NPA est plus un parti classique, ouvert à différentes tendances d’extrême-gauche, dont les libertaires et anarchistes. Il existe d’autres petites différences : le NPA est pour la sortie du nucléaire, il est favorable au voile à l’école et généralement islamophile – LO est en opposition sur ces deux points. Le NPA parle un peu de géopolitique (autodétermination des peuples et indépendance des territoires d’outre-mer, suppression des ventes d’armes, baisse du budget de la défense), LO quasiment jamais. En fait, le programme de LO se concentre sur le travail et la lutte des classes, alors que le programme du NPA aborde des thèmes plus variés. Nathalie Arthaud est plus radicale dans son discours, elle prône la suppression de la propriété privée des moyens de productions, l’expropriation et la réquisition de biens privés.

Si les idées sont proches, le style est différent. Philippe Poutou est bien plus sympathique, façon Olivier Besancenot. Ainsi, comme blague du 1er avril, il a annonçait qu’il se retirait pour Emmanuel Macron. Toutefois, il sait être incisif, comme lorsqu’il attaque François Fillon et Marine Le Pen sur leurs affaires lors du débat à 11. Nathalie Arthaud, elle, est un clone d’Arlette Laguillier. Même habits, même coupe de cheveux, mêmes lunettes, même apparence, même manière de s’exprimer, elle débite austèrement un texte en boucle, façon professeur de français pénible (dans la vraie vie, elle est professeur d’économie et de gestion en lycée). Poutou lui est plus naturel, décontracté, probablement trop.