Présidentielle 2017 : Bilan de la campagne

La campagne du premier tour de la présidentielle française de 2017 touche à sa fin. Il y a plusieurs enseignements à en tirer.

Le premier, c’est que les primaires sont un échec complet. Pour être élus à la primaire, les candidats ont dû développer un programme audacieux (un programme bien à gauche pour Hamon, bien à droite pour Fillon) qui a ensuite bien handicapé leur capacité à rassembler une fois désignés. Cela les a isolé de l’électorat global et les attaques de campagne de primaire a laissé des traces dans leur parti et leurs adversaires rechignent à respecter le choix des électeurs. Résultat des primaires, il est possible que ni Hamon ni Fillon ne soient au deuxième tour (pour Jadot, vainqueur de la primaire écologiste, c’est déjà certain depuis plusieurs mois).

Les deux thèmes omniprésents de la campagne ont été l’économie et le positionnement géopolitique de la France. Plusieurs candidats souhaitent rénégocier en profondeur la relation de la France avec l’Union Européenne (voire pour certain une sortie) ou sortir de l’OTAN. La position à adopter face aux conflits du Proche-Orient et la Russie a aussi été source de débats. Au sujet de l’économie, les débats ont principalement porté sur le chomâge et la relance de l’économie française. Une particularité aussi, quasiment tous les candidats se sont présentés comme représentant le chanegement ou étant anti-système (ce système pouvant être l’oligarchie financière ou les partis traditionnels), quand bien même ils auraient été récemment au gouvernement ou des professionnels de la politique depuis plusieurs décennies.

Une autre nouveauté de cette campagne était l’abandon du principe d’égalité stricte dès la publication de la liste des candidats au Journal Officiel. Or, un projet de loi de 2016 défendu par Jean-Jacques Urvoas a modifié ces règles, faisant que le temps de paroles des candidats est désormais réduit, entre autres, à leur poids dans les sondages. C’est grave, car les sondages peuvent se tromper (ils n’avaient prévu ni le passage d’Hamon, ni celui de Fillon, ni celui de Trump, par exemple), parce que certains sondages sont fait par des entreprises privées et pourraient favoriser certains candidats. De plus, il y a des indécis, des gens qui ne souhaitent pas communiquer leur vote. En réalité, il n’y a pas de « petits » ou de « grands » candidats. Tant que le vote n’a pas commencé, tous sont à 0% et devrait bénéficier d’un temps de parole égal. Nicolas Dupont-Aignan a d’ailleurs parlé à juste titre de viol démocratique.

Cette campagne dénote aussi par ses rebondissements. Tout d’abord, Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, Manuel Valls, François Hollande n’ont pas réussi à être candidats. Ensuite, François Fillon, candidat d’une droite unie, qui aurait dû avoir un boulevard devant lui, s’est empêtré dans le penelopegate. Emmanuel Macron, soutenu par les médias et l’oligarchie, a réussi à occuper tout l’espace médiatique, contribuant avec Jean-Luc Mélenchon et ses talents de tribuns à complétement eclipser Benoît Hamon, le candidat socialiste.

Le deuxième tour reste particulièrement ouvert. Quatre candidats – Le Pen, Macron, Fillon, Mélenchon – sont probablement capables de l’atteindre. Le Pen n’a aucune chance d’être élue, ayant peu de réserve de voix, mais le cas idéal pour elle serait de ce retrouver contre Fillon, où elle pourrait activer son hochet « UMPS » et l’attaquer sur ses affaires. Macron a les médias et l’oligarchie en soutien, c’est un atout qui pourrait aussi se retourner contre lui : on se souvient du TCE, vanté par les médias et boudé par les électeurs. Il fera probablement moins que les scores qu’on lui prête. Mélenchon est très présent sur Internet, il a fait une bonne campagne mais peut être plombé par les autres candidatures de gauche qui vont lui prendre des voix, en particulier Benoît Hamon et Philippe Poutou. Étant donné que la place au second tour se fera à quelques pourcentages prêts, cela peut lui jouer des tours. L’étiquette « dangereux extrémiste » que lui colle les médias pourraient aussi pousser des électeurs pourtant acquis à son programme à voter pour Macron, plus consensuel et gendre idéal. Fillon, lui, a une partie de la droite qui le suit par dépit (il a déclaré avec lucidité « Je ne vous demande pas de m’aimer, je vous demande de me soutenir ») et le soutien sans faille des catholiques intégristes. Cependant, son positionnement pendant les primaires d’honnête homme contre la corruption et les révélations ensuite, sa promesse non tenue qu’il se retirerait s’il est mis en examen et sa mauvaise défense vont le miner. Sa présence au deuxième tour dépend directement du ratio de sa base d’électeurs qui va se reporter sur Macron, Lassalle et Dupont-Aignan.

Présidentielle 2017 : Jean-Luc Mélenchon

Alors qu’il grimpe dans les sondages, Jean-Luc Mélenchon est devenu une cible de choix pour ses adversaires. Soviétique, communiste, dangereux, extrêmiste, dictateur sont autant de surnom dont on l’affuble. Essayons d’y voir plus clair.

Comme Lionel Jospin, Benoît Hamon, Michel Sapin ou Jean-Christophe Cambadélis, Jean-Luc Mélenchon est trotskiste durant ses études en 1968. Licencié en philosophie et professeur de français puis journaliste, il rejoint l’UNEF. Séduit par François Mitterand, il adhère finalement au Parti socialiste en 1976. Il va occuper diverses responsabilités politiques dans l’Essone. En 1988, il cofonde avec Julien Dray le courant Gauche socialiste ; dès lors, il va rester sur l’aile gauche du Parti socialiste, ce qui ne l’empêchera pas d’être ministre délégué à l’Enseignement professionnel sous le gouvernement de Lionel Jospin, pour lequel il ne cache pas sa sympathie. Finalement, en 2008, après son échec bidécennal à imposer une politique de gauche au sein de son parti, il claque la porte et fonde le Parti de gauche, qu’il codirige bientôt avec l’ex-verte Martine Billard. Toutefois, le petit Parti de gauche peine à peser sur la scène nationale, il a donc besoin d’allié : comme il ne peut logiquement pas s’allier avec le Parti socialiste, qu’il a quitté, il cherche des alliés à sa gauche. À diverses élections, son parti fera alliance sous la bannière « Front de gauche » avec l’extrême-gauche : le Parti communiste, même parfois des dissidents du Nouveau parti anticapitaliste.

D’origine espagnole (trois de ses grand-parents sont des pieds-noirs espagnols), hispanophone et hispanophile, Mélenchon ne cache pas son enthousiasme envers les politiques du bolivien Evo Morales et du vénézuélien Hugo Chávez. Plus polémique, il a déclaré en 2011 que « Cuba n’est pas une dictature (…) ce n’est certainement pas pas non plus une démocratie comme nous l’entendons » – c’est une erreur : bien sûr que si, Cuba est une dictature avec un parti unique et des journalistes en prison. Cependant, Jean-Luc Mélenchon a toujours précisé qu’il parlait de ces pays sans les ériger en modèle et en les plaçant dans leur contexte caribéen ou latino-américain. Jean-Luc Mélenchon s’est toujours qualifié de socialiste républicain, préférant les urnes à la rue (à la différence de Nathalie Arthaud ou de Philippe Poutou). Jean-Luc Mélenchon, c’est un peu du François Mitterand de 1981 avec la verve de Georges Marchais.

Examinons son programme, un des plus précis de cette présidentielle. L’originalité de ce programme est la volonté de convoquer une assemblée constituante chargée de mettre en place une Sixième République (Arnaud Montebourg est sur la même ligne), chargée de donner plus de pouvoir aux citoyens. Un autre point concerne la solidarité et le partage des richesses, qu’il pense être une priorité : il veut limiter les très hauts salaires, construire massivement des logements et lutter contre l’exode fiscal, notamment en demandant aux Français de l’étranger de payer leurs impôts en France. En économie, Jean-Luc Mélenchon est pour la relance par la consommation, le protectionisme et contre le libéralisme ; il est contre les licenciements boursiers, veut mettre une échelle des salaires allant de 1 à 20, réduire le temps de travail. Même si les Verts soutiennent officiellement Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon reste le candidat qui parle le plus d’écologie, thème à laquel il s’est converti à la fin des années 2000 (le vert du logo du Parti de gauche provient de cet engagement). Jean-Luc Mélenchon prône une plannification écologique, veut sortir progressivement du nucléaire (il a changé sur ce point depuis 2012), pense qu’on peut faire une relance écologique grâce au territoire maritime français.

En géopolitique, Jean-Luc Mélenchon est Gaullo-mitterandien, dans le sens où il se dit prêt à communiquer avec tout le monde, reconnaît les états mais pas les régimes. Ainsi, il n’est pas atlantiste et plaide pour plus de dialogue avec Vladimir Poutine (il rejoint sur ce point François Fillon et Dominique de Villepin, par exemple), tout en déclarant : « Je ne suis lié d’aucune manière à Monsieur Poutine. Je combats absolument sa politique et si j’étais russe, je ne voterais pas pour son parti mais pour mon camarade du Front de gauche russe, qui est en prison ». Il est contre la politique va t’en guerre de François Hollande et veut que la France s’appuie sur l’ONU pour promouvoir la paix dans le monde, tout en quittant l’OTAN. Sur l’Europe, s’il dit regretter d’avoir voter « oui » au traité de Maastricht (il voulait alors un euro fort pour concurrencer le dollar), il a voté « non » au référendum sur le TCE en 2005. Il souhaite utiliser le poids de la France pour pousser ses partenaires européens à sortir des traités européens, veut remettre en cause l’austérité imposée par l’Allemagne et supprimer la directive sur les travailleurs détachés, mais ne souhaite pas quitter l’Union européenne. Jean-Luc Mélenchon veut développer une francophonie politique avec notamment les pays africains.

Parmi les autres points en vrac, Jean-Luc Mélenchon veut légaliser le cannabis, veut la parité hommes-femmes via des quotas (il est soutenu par les féministes ultras), désire renforcer les services publics par le recrutement de personnels dans l’éducation, la santé et la justice. Il souhaite développer une politique de recherche spatiale ambitieuse, abroger l’état d’urgence et les lois sécuritaires. Le plus âgé des candidats après Cheminade maîtrise également le sujet des nouvelles technologies. Il veut supprimer Hadopi, favoriser le très haut débit, protéger la vie privée, garantir la neutralité du net, favoriser les Fablabs, accorder la nationalité française à Edward Snowden et Julian Assange.

Par rapport à Benoît Hamon, quelle différence ? Les deux candidats sont très proches, mais il subsiste quelques points de désaccord. Benoît Hamon ne veut pas remettre en cause le fonctionnement de l’Union européenne, ni la Ve République, ni l’OTAN et la politique pro-américaine de la dernière décennie. Benoît Hamon veut un revenu universel alors que Mélenchon y voit une « trappe à pauvreté », veut fusionner la CSG avec l’impôt sur le revenu alors que Mélenchon y voit une menace pour le financement de la Sécurité sociale, Jean-Luc Mélenchon est pour la retraite à 60 ans à taux plein et ramener la durée de cotisation pour une retraite complète à 40 ans.

Présidentielle 2017 : Benoît Hamon

Benoît Hamon a été élu de la primaire citoyenne (comprendre, socialiste) un peu par hasard, grâce à sa propsition sur le revenu universel, mais aussi certainement parce que les électeurs voulaient un retour à une politique de gauche au sein du Parti socialiste. Cette primaire s’est plutôt mal terminée pour le parti : elle a eu le chic de représenter au deuxième tour deux tendances qui étaient déjà présentes parmi les candidats déclarés : Benoît Hamon contre Manuel Valls, respectivement proches des programmes de Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron. Il faut noter que la primaire organisée par le Parti socaliste a eu lieu fin janvier 2017, quand la campagne présidentielle était déjà en route depuis longremps. Bref, malgré des accusations de fraude au premier tour, Benoît Hamon a été élu au second avec une avance confortable : près de 59% des voix.

Benoît Hamon a un premier handicap. Non seulement il est membre du Parti socaliste et il a été ministre sous la présidentielle de François Hollande, mais certaines de ses positions ne sont pas glorieuses. En septembre 2013, lors de la loi sur la consommation, dite loi Hamon, il s’oppose de toutes ses forces à une remise en question de la vente liée de logiciels, en contradiction avec la promesse de campagne de François Hollande. À la même période, il essaie de tout faire pour évincer Jean-Marc Ayrault du gouvernement dans l’espoir de changer de politique économique… c’est Manuel Valls qui récupère le siège de Premier ministre et menèra une politique encore plus libérale.

Tous les candidats à la primaire citoyenne s’étaient engagés avant le premier tour à soutenir le vainqueur de la primaire, cependant, François de Rugy puis Manuel Valls soutiennent Emmanuel Macron. Car Benoît Hamon, comme François Fillon, a du mal à rassembler son camp après la primaire. De nombreux parlementaires mais aussi des cadres du Parti socialiste ont rejoint tôt Emmanuel Macron. Jean-Yves le Drian, ministre de la Défense, Gérard Collomb, maire de Lyon, Bertrand Delanoë, ancien maire de Paris, les secrétaires d’État Barbara Pompili et Thierry Braillard, l’ex secrétaire d’État Frédéric Cuvilier sont parmi les premiers rats à avoir quitté le navire. Il faut dire que Benoît Hamon a, à sa sortie du gouvernement en 2014, fait partie des « frondeurs », ces députés socialistes hostiles à la politique de Manuel Valls et Emmanuel Macron et qui a divisé le parti. Il remet aussi en cause, avec lucidité, le bilan du quinquennat de François Hollande. Cela passe dans son parti et il est devenu marginal au sein de l’appareil du Parti socialiste. Benoît Hamon a cependant réussi à avoir le soutien de Yannick Jadot, candidat d’Europe Écologie Les Verts qui s’est retiré à son profit.

Sur son programme il a été également incapable de rassembler. Benoît Hamon ne veut pas d’une politique libérale. Sa proposition de revenu universel d’existence, même s’il n’est finalement pas universel, a déplu à de nombreux cadres socialistes. Benoît Hamon est proche des idées de Jean-Luc Mélenchon et leurs programmes ont de nombreux points communs. Le vainqueur de la primaire a d’ailleurs indiqué que le cas échéant, il soutiendrait Jean-Luc Mélenchon au deuxième tour de la présidentielle. Les deux hommes ont aussi passé un pacte de non-agression, évitant de se critiquer mutuellement. Tous les deux prônent la solidarité, veulent légaliser l’euthanasie, sortir progressivement de l’énergie nucléaire, veulent mettre plus de fonctionnaires, réduire le temps de travail, rendre l’impôt sur le revenu progressif. Des différences subsistent cependant. Outre le revenu universel, que Jean-Lic Mélenchon ne propose pas, Benoît Hamon veut maintenir la retraite à 62 ans (60 chez Mélenchon), et comme Emmanuel Macron, veut rester dans la Ve République, continuer l’intégration de la France dans l’Union Européenne et, étant atlantiste, rester dans le commandement intégré de l’OTAN.

Côté caractère, Benoît Hamon est posé, pédagogue. Cela fait vraiment du bien dans la campagne, mais cela ne suffit pas. Trahi de toutes parts, coincé dans le costume socialiste, voulant ménager tout le monde, n’arrivant pas à se démarquer vraiment, sa campagne patauge.

Un an avec François Hollande

Cela fait un an que François Hollande a été élu président de la République. Un an que l’on voyait des larmes de joie place de la Bastille à Paris, des gens avec le slogan « le changement c’est maintenant » à la bouche. Depuis, l’enthousiasme s’est estompé, ce n’est pas le paradis escompté. Certes il y a un changement de style, le président est plus posé, plus responsable, plus respectueux. Cependant, il n’a pas l’air très dynamique, laissant craindre une gestion de pays à la manière dont il a géré le Parti socialiste pendant dix ans auparavant : mollement, sans objectifs et sans audace. La situation économique est morose : les délocalisations continuent, le chômage augmente.

Tout n’est pas noir. Certains sites, comme luipresident, énumèrent ses actions. La rémunération du Président de la République et des ministres a été baissée. Une banque publique d’investissement a été créée, le plafond du livret A et du livret de développement durable ont été agumentés pour les épargnants. Le retour à la retraite à 60 ans à taux plein pour ceux qui ont cotisé la totalité de leurs annuités a été mis en place. La circulaire dite « Guéant » sur les étudiants étrangers a été abrogée. Des zones de sécurité prioritaire ont été créées dans les endroits sensibles. Côté politique étrangère, on notera la reconnaissance de l’état palestinien et le retrait des troupes d’Afghanistan. Bien sûr, le droit au mariage et à l’adoption a été étendu aux couples de même sexe.

On ne voit pas cependant pas venir l’abrogation d’Hadopi, ni la suppression des tas de niches fiscales favorables aux plus riches, ni la défense des services publics, des droits des consommateurs, des logiciels libres ; pas non plus d’action en faveur du prix des loyers qui mine le pouvoir d’achat. Aucun projet de fermeture de centrale nucléaire de Fessenheim n’a été annoncé (il s’agirait plutôt de la prolonger). Pas grand chose contre la fraude fiscale. Beaucoup de lois sensées combattre la finance ont été vidées de leur substance.

Au bout d’un an, difficile donc de tirer des conclusions de la politique menée par François Hollande et Jean-Marc Ayrault. Tout n’est pas aussi mauvais que le « hollande-bashing » comme l’UMP et du FN le clament ; mais tout n’est pas si beau que laissait croire le programme du parti socialiste. Si on est heureux que le gouvernement ne paie plus des pages de publicités dans les journaux pour vanter son action, ni ne commande à tour de bras des sondages au frais du contribuable, on regrettera ses maladresses de communication (ministres qui se contredisent, actions méconnues du public etc.). Le nec plus ultra de la mauvaise communication ? Jean-Marc Ayrault qui annonce qu’on va privatiser davantage les entreprises publiques le jour même où Jean-Luc Mélenchon fait sa grande manifestation contre l’austérité et la politique du gouvernement.