Nul ne doit être agressé pour ses idées

Ce weekend, le journaliste politique Éric Zemmour s’est fait copieusement insulter, menacer et cracher dessus par un individu qui s’en est vanté sur les réseaux sociaux. Beaucoup ont condamné cette agression, dont le président de la République, ce qui est tout à son honneur même s’il y a sans doute une arrière-pensée politique. En revanche, on voit un certain nombre de publication sur le thème de « oui, mais » qui grosso modo, accusent Éric Zemmour de récolter ce qu’il sème. C’est vrai, Éric Zemmour est un polémiste qui assène sa vision de la réalité de manière très directe, il fait parfois des amalgames assez odieux et il aime bien désigner des boucs émissaires. Le journaliste reste cependant sur le plan intellectuel, s’exprimant dans des débats ou dans des livres, avec assez souvent des interlocuteurs qui lui donnent la contradiction. Surtout, cela ne justifie en aucun cas la violence.

En France, personne ne devrait être agressé pour ses idées. Ni Éric Zemmour, ni Alain Finkielkraut, ni Dieudonné, ni Marine Le Pen, ni Arlette Laguiller, ni Emmanuel Macron. Aucun journaliste, intellectuel, homme politique peu importe le parti, ne devrait être agressé pour ce qu’il a dit ou écrit. On a le droit d’être en désaccod complet avec une personnalité, ou de se sentir insulté, mais il faut se défendre par le verbe et non par les poings. Personne ne devrait être agressé tout court bien entendu, mais agresser pour des idées, c’est être contre la démocratie.

Les publications accusant Éric Zemmour de l’avoir bien cherché sont du même acabit que les gens qui refusent de condamner l’assassinat des caricaturistes de Charlie Hebdo car ces derniers avaient blasphémé. Ces publications prennent parti pour le totalitarisme. En accusant Éric Zemmour de l’avoir bien cherché, elles défendent, sans le savoir, ceux qui veulent imposer leur point de vue par la force, faire taire les autres coûte que coûte, étouffer le débat et imposer leur vision du monde comme unique valable.

Gilets jaunes : la stratégie du gouvernement

Trois semaines après le début du mouvement des gilets jaunes, la technique du gouvernement, reprise par les partisans du président de la République, est celle de la manipulation de l’information. Dès le premier jour de la contestation, lors de la manifestation du samedi 17 novembre 2018, des incidents sans rapport direct avec le mouvement sont recensés : ainsi, une agression homophobe, des blessés légers (dont des altercations entre automobilistes et piétons). Cela continue les jours suivants, avec une multitude de détails sur les blessés ou les débordements, qui sont pourtant le lot de toutes les manifestations de cette ampleur en France avec plusieurs centaines de milliers de manifestants. On monte en épingle les casses faits dans la capitale, alors qu’ils sont l’oeuvre d’une petite minorité de manifestants violents, par provocation ou par désespoir, mais aussi de casseurs de banlieue qui viennent simplement pour voler et détruire sans aucune conscience politique. Plus grave, on a aussi souvent l’impression que la préfecture ne fait pas le nécessaire pour empêcher les débordements – peut-être pour ternier l’image des gilets jaunes.

Une autre technique visant à discréditer les militants visent à tenter de leur apposer une étiquette. On a ainsi accusé les militants d’être anti-écologistes, car ils manifestaient à l’origine contre la hausse des prix du carburant automobile. En réalité cette hausse est simplement la goûte d’eau qui a fait déborder le vase après les cadeaux faits à la grande bourgeoisie (ISF, flat tax sur les revenus financiers) et l’augmentation des taxes pour les plus démunis et les classes moyennes (baisse des APL, hausse de la CSG). Fréquemment on a aussi qualifié les gilets jaunes d’être d’extrême-droite, car certaines personnes interviewées sont des militants d’extrême-droite. C’est un raccourci mensonger : le mouvement des gilets jaunes est largement non partisan et s’est développé en dehors des partis traditionnels, sur Internet et dans la rue. Aucun parti politique n’a la main sur le mouvement même si certains le soutiennent, à droite, à gauche comme au centre (Rassemblement national, France Insoumise, Les Républicains, les centristes de Jean Lassalle). Enfin une dernière technique a été créée pour essayer d’éroder le mouvement. Les médias ont communiqué sur la création de groupe de foulards rouges dans le sud de la France, qui seraient opposés aux gilets jaunes. Le choix de la couleur rouge est assez intéressant, couleur normalement celle des communistes ou des révolutionnaires, mais rarement celle de la bourgeoisie. Diviser pour régner? Enfin, on a aussi accusé les gilets jaunes de plomber l’économie française, ce qui est assez maladroit, sachant que le mouvement s’est créé sur des problèmes économiques.

Emmanuel Macron doit son élection à la communication et au marketing, c’est donc à travers ce prisme qu’il a essayé de se sortir de la crise. Le gouvernement s’est donc attelé avec vigueur à la désinformation ou manipulation de l’information. En revanche, pour le reste, il a fait preuve d’un amateurisme effarant. D’une part, le mouvement de protestation a été grandement sous-évalué. Ensuite, Emmanuel Macron a voulu répondre à la contestation avec arrogance et fermeté. Ainsi, pour la manifestation prévue samedi 8 décembre, Édouard Philippe a annoncé vouloir déployer à Paris des véhicules blindés Berliet VXB 170 de la gendarmerie alors qu’ils n’ont jamais été utilisés auparavant dans la capitale. Déjà, la presse a reporté lors de ces dernières semaines l’utilisation de plusieurs dizaines de milliers de grenades lacrymogènes. C’est une erreur : on ne gagner face à la colère, la haine ou des groupes radicalisés avec une escalade de la violence. Ce qu’il faudrait, ce sont des gestes d’apaisement, du dialogue. Or, le chef de l’état, le gouvernement et les députés de la majorité ne se sont exprimés que pour condamner le mouvement sans montrer la moindre empathie. Le gouvernement a attendu le 30 novembre pour recevoir ses manifestants et le 4 décembre pour faire un geste timide (le renoncement provisoire à la taxe sur les carburants).

On peut aussi noter que si le gouvernement et les partisans d’Emmanuel Macron ont eu du mal à voir venir la contestation, c’est parce qu’ils sont assez isolés. Macron a été élu par les classes moyenne supérieures et la bourgeoisie, par des électeurs essentiellement situés à Paris et dans les grandes métropoles. De plus, il n’a pas véritablement de parti ancré dans les territoires et ne possède donc pas de nombreux relais locaux. La géographie des dons de la campagne d’Emmanuel Macron, révélée par le Journal du Dimanche daté du 2 décembre, montre que 56% des dons viennent de l’Île-de-France et 14% d’expatriés. Avec 800 000 euros de dons, le Royaume-Uni rapporte plus que l’ensemble des dix plus grandes villes françaises de province. Or, la contestation est partie de personnes modestes, vivant majoritairement en Province dans des territoires jugés délaissés par les pouvoirs publics. Le président est donc à la tête d’un pouvoir qui souffre d’un déficit de resprésentativité. Rappelons aussi qu’il n’avait fait que 24% au premier tour en 2017, trois quarts des Français ne lui ayant pas accordé leur confiance.

La colère et la baisse du pouvoir d’achat n’est pas l’unique fait des gouvernements d’Édouard Philippe. Ce dernier ne fait que poursuivre, avec parfois un peu plus de fermeté, la politique menée par François Fillon et Manuel Valls. Cependant, le gouvernement paye le mépris qu’il affiche pour les Français pauvres, eux qui travaillent parfois durs mais sont qualifiés de « Gaulois réfractaires au changement » du libéralisme et de la finance internationale.

La France n’est pas responsable du Vél d’Hiv

Emmanuel Macron a déclaré, lors d’une cérémonie en présence du premier ministre israélien, que « c’est bien la France qui organisa » la rafle du Vél d’Hiv en juillet 1942 et la déportation de milliers de juifs. C’était Jacques Chirac, qui, le premier, avait affirmé la responsabilité de la France en juillet 1995. Évidemment, la déclaration de ces deux présidents a des visées électoralistes et diplomatiques. On sait aussi qu’Emmanuel Macron est plus à l’aise en économie qu’en histoire-géographie : on se souvient de sa sortie sur le fait qu’« il n’y a pas une culture française, il y a une culture en France et elle est diverse» en février ; du fait que la Guyane est pour lui une île en mars et que dans son livre Révolution, publié en novembre 2016, il place « Villeurbanne en région lilloise ».

Cependant, cette attribution du Vél d’Hiv à la France est une stupidité d’un point de vue historique. Il ne s’agit pas d’occulter des moments peu glorieux ou de se donner bonne conscience, ni de nier la responsabilité du gouvernement de Pétain, mais de remettre les événements dans leur contexte. Vichy est géographiquement à 50 kilomètres environ de la zone occupée par l’Allemagne nazie, le gouvernement de Pétain en 1942 n’a pas de réelle armée ou pouvoir géopolitique. Le gouvernement de Vichy travaille étroitement avec Berlin. On ne peut pas dire non plus que les Français, sauf peut-être à Vichy même, étaient tous derrière leur gouvernement. Il y a bien entendu tous les Français qui ont caché des Juifs, qui étaient dans la Résistance ou qui étaient simplement hostile au maréchal. Précison aussi que parmi les partisans du maréchal, on trouve à l’époque beaucoup de gens attachés aux traditions et au catholicisme, sans pour autant être en accord avec le volet extrême-droite. Inutile de le préciser, la majorité des Français de l’époque n’étaient ni collaborateurs, ni résistants, ils essayaient de survivre dans la guerre. Le gouvernement de l’époque, installé dans le Massif central, n’était ni légitime, ni souverain, c’était une marionnette de l’Allemagne nazie. Il participait même à l’effort de guerre allemand ! La France n’avait à peine plus de marge de manœuvre que l’Autriche ou la République tchèque. Laval était probablement heureux de collaborer, mais s’il avait exposé ses ambitions au grand jour au vote des Français en 1939 ou en 1945, il n’aurait pas été élu. Enfin, précisons qu’en Allemagne comme en France, la population n’avait pas une connaissance claire des exactions commises par le pouvoir (beaucoup ont découvert les camps de concentration en 1945).

On ne peut parler de responsabilité et de pouvoir que quand l’état est souverain. Ainsi en Syrie, on ne peut pas tenir Bachar El-Assad responsable des exactions qui se passent dans la zone qu’il ne contrôle pas. Daech, ce n’est pas la Syrie, même si une partie est géographiquement en Syrie. Le Vél d’Hiv, ce n’est pas la France.

Présidentielle 2017 : Résultats du premier tour

Dans quelques jours, on saura qui est le nouveau président de la République française. En attendant, il est tant de faire le bilan du premier tour de l’élection présidentielle.

Emmanuel Macron est premier, avec 24,01 %. Il y avait un risque que sa candidature se dégonfle dans l’urne, tant il était visible qu’il est le candidat des médias et de l’oligarchie ; cela n’a pas eu lieu. Symbole s’il en faut, il réalise son meilleur score dans les départements de Paris et des Hauts-de-Seine. Malgré les manifestations contre la loi El Khomri et l’ardeur du mouvement Nuit debout, malgré la présence du candidat au sein du quinquennat sortant, malgré le soutien de Manuel Valls et de François Hollande, Emmanuel Macron a réussi à se qualifier et arriver premier.

François Fillon a fait 20,01 %, score étonnament élevé compte tenu des affaires révélées durant la campagne. Il a sans doute pu compter sur le soutien des catholiques intégristes, des personnes âgées et des fidèles de la droite. En 2009, Arnaud Montebourg expliquait qu' »une chèvre pourrait être élue avec l’investiture UMP à Neuilly » : appremment, cela marche aussi un peu à l’élection présidentielle. François Fillon a probablement perdu des voix au profit de Nicolas Dupont-Aignan, Jean Lassalle et Emmanuel Macron. En réalité, la droite a payé son obstination : si elle avait placé François Baroin à la place de Fillon, elle se serait hissée facilement au deuxième tour.

Jean-Luc Mélenchon améliore de près de 8 points son score de 2012 et récupère 19,58 % des suffrages. Il est arrivé premier dans plusieurs grandes villes de France, telles que Montpellier, Lille, Marseille, Toulouse, Le Havre, Grenoble, Saint-Étienne, Nîmes. Il est arrivé premier aussi dans plusieurs départements. Le candidat de la France insoumise échoue cependant au pied du podium et n’arrive que quatrième. Il paye probablement sa division avec Benoît Hamon (voire avec Philippe Poutou), car il ne lui manquait que 2% pour être au second tour.

Quant à Marine Le Pen, elle peut s’estimer chanceuse d’avoir réussi à se qualifier pour le second tour. Malgré un contexte favorable pour son programme – chomâge fort, attentats terroristes – elle réalise un score national de 21,30 %, inférieur à celui des élections régionales de 2015 (27,73 %) et des européennes de 2014 (24,86 %). Elle doit plus sa place aux boulets que trainaient ses deux poursuivants (les affaires pour Fillon, la concurrence à gauche pour Mélenchon) qu’à sa campagne très moyenne. Son score reste cependant inquiétant et elle arrive en tête dans 8 régions sur 13.

Le deuxième tour oppose donc Emmanuel Macron et Marine Le Pen. C’est à dire, deux candidats très populistes, tous deux ayant un discours très préparé, très politicien et des pans de programmes assez flous. Ils représentent aussi deux visages de la France : les mondialistes heureux, à Paris, Lyon et les grandes villes riches, de l’autre côté les oubliés du système. Ils ont aussi en commun d’avoir été particulièrement mauvais dans les débats avant le premier tour.

Évidemment, l’événement principal de cette campagne est la recomposition du paysage politique. Le Parti socialiste a été détruit, Benoît Hamon n’ayant fait que 6,36 %. Il est probable que le Parti socialiste renaîtra dans le mouvement En Marche d’Emmanuel Macron, proche des « Hollandais » et des « Vallsistes », avec l’avantage d’être un parti libéral décomplexé qui ne doit plus supporter l’héritage du socialisme. Les plus à gauche du parti, peut-être Benoît Hamon lui-même, pourraient rejoindre La France insoumise de Mélenchon, si ce dernier arrive à capitaliser sur son bon score. Les Républicains ne sont pas détruits, cependant ils ne sont pas au deuxième tour et les deux candidats qualifiés leur prennent des voix.

Jean-Luc Mélenchon n’a pas donné de consigne de vote pour le deuxième tour et La France insoumise a simplement demandé à ses sympatisants de ne pas voter Front national, c’est à dire laissant entendre que le vote blanc est aussi juste que le vote en faveur d’Emmanuel Macron. La consultation en ligne des sympatisants de la France insoumise a donné 36% des insoumis pour un vote blanc ou nul, 35% pour un vote Emmanuel Macron et 29% en faveur d’une abstention. En réalité, beaucoup de gens qui ne voteront pas Le Pen auront beaucoup de mal à mettre un bulletin Macron dans l’urne. Emmanuel Macron souffre du même handicap qu’Hillary Clinton aux États-Unis d’Amérique : difficle pour quelqu’un de gauche de se reconnaître dans ce type de candidat. La stratégie d’Emmanuel Macron et des médias pour l’entre-deux tours est de faire culpabiliser les gens qui veulent voter blanc, nul ou s’abstenir ; en revanche, aucun signe d’ouverture ou de rassemblement. C’est aussi le signe que la bataille des législatives a commencé : le camp En marche cherche à affaiblir La France insoumise qui pourrait le menacer sérieusement dans les circonscriptions de gauche.

Présidentielle 2017 : Bilan de la campagne

La campagne du premier tour de la présidentielle française de 2017 touche à sa fin. Il y a plusieurs enseignements à en tirer.

Le premier, c’est que les primaires sont un échec complet. Pour être élus à la primaire, les candidats ont dû développer un programme audacieux (un programme bien à gauche pour Hamon, bien à droite pour Fillon) qui a ensuite bien handicapé leur capacité à rassembler une fois désignés. Cela les a isolé de l’électorat global et les attaques de campagne de primaire a laissé des traces dans leur parti et leurs adversaires rechignent à respecter le choix des électeurs. Résultat des primaires, il est possible que ni Hamon ni Fillon ne soient au deuxième tour (pour Jadot, vainqueur de la primaire écologiste, c’est déjà certain depuis plusieurs mois).

Les deux thèmes omniprésents de la campagne ont été l’économie et le positionnement géopolitique de la France. Plusieurs candidats souhaitent rénégocier en profondeur la relation de la France avec l’Union Européenne (voire pour certain une sortie) ou sortir de l’OTAN. La position à adopter face aux conflits du Proche-Orient et la Russie a aussi été source de débats. Au sujet de l’économie, les débats ont principalement porté sur le chomâge et la relance de l’économie française. Une particularité aussi, quasiment tous les candidats se sont présentés comme représentant le chanegement ou étant anti-système (ce système pouvant être l’oligarchie financière ou les partis traditionnels), quand bien même ils auraient été récemment au gouvernement ou des professionnels de la politique depuis plusieurs décennies.

Une autre nouveauté de cette campagne était l’abandon du principe d’égalité stricte dès la publication de la liste des candidats au Journal Officiel. Or, un projet de loi de 2016 défendu par Jean-Jacques Urvoas a modifié ces règles, faisant que le temps de paroles des candidats est désormais réduit, entre autres, à leur poids dans les sondages. C’est grave, car les sondages peuvent se tromper (ils n’avaient prévu ni le passage d’Hamon, ni celui de Fillon, ni celui de Trump, par exemple), parce que certains sondages sont fait par des entreprises privées et pourraient favoriser certains candidats. De plus, il y a des indécis, des gens qui ne souhaitent pas communiquer leur vote. En réalité, il n’y a pas de « petits » ou de « grands » candidats. Tant que le vote n’a pas commencé, tous sont à 0% et devrait bénéficier d’un temps de parole égal. Nicolas Dupont-Aignan a d’ailleurs parlé à juste titre de viol démocratique.

Cette campagne dénote aussi par ses rebondissements. Tout d’abord, Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, Manuel Valls, François Hollande n’ont pas réussi à être candidats. Ensuite, François Fillon, candidat d’une droite unie, qui aurait dû avoir un boulevard devant lui, s’est empêtré dans le penelopegate. Emmanuel Macron, soutenu par les médias et l’oligarchie, a réussi à occuper tout l’espace médiatique, contribuant avec Jean-Luc Mélenchon et ses talents de tribuns à complétement eclipser Benoît Hamon, le candidat socialiste.

Le deuxième tour reste particulièrement ouvert. Quatre candidats – Le Pen, Macron, Fillon, Mélenchon – sont probablement capables de l’atteindre. Le Pen n’a aucune chance d’être élue, ayant peu de réserve de voix, mais le cas idéal pour elle serait de ce retrouver contre Fillon, où elle pourrait activer son hochet « UMPS » et l’attaquer sur ses affaires. Macron a les médias et l’oligarchie en soutien, c’est un atout qui pourrait aussi se retourner contre lui : on se souvient du TCE, vanté par les médias et boudé par les électeurs. Il fera probablement moins que les scores qu’on lui prête. Mélenchon est très présent sur Internet, il a fait une bonne campagne mais peut être plombé par les autres candidatures de gauche qui vont lui prendre des voix, en particulier Benoît Hamon et Philippe Poutou. Étant donné que la place au second tour se fera à quelques pourcentages prêts, cela peut lui jouer des tours. L’étiquette « dangereux extrémiste » que lui colle les médias pourraient aussi pousser des électeurs pourtant acquis à son programme à voter pour Macron, plus consensuel et gendre idéal. Fillon, lui, a une partie de la droite qui le suit par dépit (il a déclaré avec lucidité « Je ne vous demande pas de m’aimer, je vous demande de me soutenir ») et le soutien sans faille des catholiques intégristes. Cependant, son positionnement pendant les primaires d’honnête homme contre la corruption et les révélations ensuite, sa promesse non tenue qu’il se retirerait s’il est mis en examen et sa mauvaise défense vont le miner. Sa présence au deuxième tour dépend directement du ratio de sa base d’électeurs qui va se reporter sur Macron, Lassalle et Dupont-Aignan.