Présidentielle 2017 : Nicolas Dupont-Aignan

Gaulliste et souverainiste, Nicolas Dupont-Aignan adhère dès au 1974 au Rassemblement pour la République (RPR, alors UDR) de Jacques Chaban-Delmas et Jacques Chirac, puis en 1999 rejoint le Rassemblement pour la France (RPF) de Charles Pasqua et Philippe de Villiers, arrive en 2002 à l’Union pour un mouvement populaire (UMP) de Nicolas Sarkozy. En 2007, il claque la porte de l’UMP pour fonder son propre mouvement Debout la République, renommé plus tard Debout la France (DLF). Il est candidat à la présidentielle en 2012. Nicolas Dupont-Aignan récidive en 2017, où il fait une bonne campagne : il a su occuper les projecteurs et profiter du Penelopegate pour se présenter comme une alternative à François Fillon.

Nicolas Dupont-Aignan est bien à droite de l’échiquier. Il veut réduire l’immigration qu’il dénonce fréquemment et souhaite dénoncer les accords de Schengen ; il met en cause fréquemment l’islam. Il souhaite aussi lutter contre le laxisme, veut des centres de détention plus durs. Il a soutenu, avec le Front National, Robert Ménard à la mairie de Béziers en 2014, puis des canidatures portées par la Ligue du Sud – le parti d’extrême-droite de Jacques Bompard – aux élections départementales de 2015. Cela marque probablement sa différence avec François Asselineau. Comme Marine Le Pen, il critique beaucoup l’Union Européenne et l’euro mais n’est pas très clair sur les modalités de sortie. Sa politique est plutôt libérale, comme celle de François Fillon.

Enfin, comme l’a démontré le YouTubeur MisterJDay, le programme de Nicolas Dupont-Aignan est brouillon et manque de sérieux.