Gilets jaunes : la stratégie du gouvernement

Trois semaines après le début du mouvement des gilets jaunes, la technique du gouvernement, reprise par les partisans du président de la République, est celle de la manipulation de l’information. Dès le premier jour de la contestation, lors de la manifestation du samedi 17 novembre 2018, des incidents sans rapport direct avec le mouvement sont recensés : ainsi, une agression homophobe, des blessés légers (dont des altercations entre automobilistes et piétons). Cela continue les jours suivants, avec une multitude de détails sur les blessés ou les débordements, qui sont pourtant le lot de toutes les manifestations de cette ampleur en France avec plusieurs centaines de milliers de manifestants. On monte en épingle les casses faits dans la capitale, alors qu’ils sont l’oeuvre d’une petite minorité de manifestants violents, par provocation ou par désespoir, mais aussi de casseurs de banlieue qui viennent simplement pour voler et détruire sans aucune conscience politique. Plus grave, on a aussi souvent l’impression que la préfecture ne fait pas le nécessaire pour empêcher les débordements – peut-être pour ternier l’image des gilets jaunes.

Une autre technique visant à discréditer les militants visent à tenter de leur apposer une étiquette. On a ainsi accusé les militants d’être anti-écologistes, car ils manifestaient à l’origine contre la hausse des prix du carburant automobile. En réalité cette hausse est simplement la goûte d’eau qui a fait déborder le vase après les cadeaux faits à la grande bourgeoisie (ISF, flat tax sur les revenus financiers) et l’augmentation des taxes pour les plus démunis et les classes moyennes (baisse des APL, hausse de la CSG). Fréquemment on a aussi qualifié les gilets jaunes d’être d’extrême-droite, car certaines personnes interviewées sont des militants d’extrême-droite. C’est un raccourci mensonger : le mouvement des gilets jaunes est largement non partisan et s’est développé en dehors des partis traditionnels, sur Internet et dans la rue. Aucun parti politique n’a la main sur le mouvement même si certains le soutiennent, à droite, à gauche comme au centre (Rassemblement national, France Insoumise, Les Républicains, les centristes de Jean Lassalle). Enfin une dernière technique a été créée pour essayer d’éroder le mouvement. Les médias ont communiqué sur la création de groupe de foulards rouges dans le sud de la France, qui seraient opposés aux gilets jaunes. Le choix de la couleur rouge est assez intéressant, couleur normalement celle des communistes ou des révolutionnaires, mais rarement celle de la bourgeoisie. Diviser pour régner? Enfin, on a aussi accusé les gilets jaunes de plomber l’économie française, ce qui est assez maladroit, sachant que le mouvement s’est créé sur des problèmes économiques.

Emmanuel Macron doit son élection à la communication et au marketing, c’est donc à travers ce prisme qu’il a essayé de se sortir de la crise. Le gouvernement s’est donc attelé avec vigueur à la désinformation ou manipulation de l’information. En revanche, pour le reste, il a fait preuve d’un amateurisme effarant. D’une part, le mouvement de protestation a été grandement sous-évalué. Ensuite, Emmanuel Macron a voulu répondre à la contestation avec arrogance et fermeté. Ainsi, pour la manifestation prévue samedi 8 décembre, Édouard Philippe a annoncé vouloir déployer à Paris des véhicules blindés Berliet VXB 170 de la gendarmerie alors qu’ils n’ont jamais été utilisés auparavant dans la capitale. Déjà, la presse a reporté lors de ces dernières semaines l’utilisation de plusieurs dizaines de milliers de grenades lacrymogènes. C’est une erreur : on ne gagner face à la colère, la haine ou des groupes radicalisés avec une escalade de la violence. Ce qu’il faudrait, ce sont des gestes d’apaisement, du dialogue. Or, le chef de l’état, le gouvernement et les députés de la majorité ne se sont exprimés que pour condamner le mouvement sans montrer la moindre empathie. Le gouvernement a attendu le 30 novembre pour recevoir ses manifestants et le 4 décembre pour faire un geste timide (le renoncement provisoire à la taxe sur les carburants).

On peut aussi noter que si le gouvernement et les partisans d’Emmanuel Macron ont eu du mal à voir venir la contestation, c’est parce qu’ils sont assez isolés. Macron a été élu par les classes moyenne supérieures et la bourgeoisie, par des électeurs essentiellement situés à Paris et dans les grandes métropoles. De plus, il n’a pas véritablement de parti ancré dans les territoires et ne possède donc pas de nombreux relais locaux. La géographie des dons de la campagne d’Emmanuel Macron, révélée par le Journal du Dimanche daté du 2 décembre, montre que 56% des dons viennent de l’Île-de-France et 14% d’expatriés. Avec 800 000 euros de dons, le Royaume-Uni rapporte plus que l’ensemble des dix plus grandes villes françaises de province. Or, la contestation est partie de personnes modestes, vivant majoritairement en Province dans des territoires jugés délaissés par les pouvoirs publics. Le président est donc à la tête d’un pouvoir qui souffre d’un déficit de resprésentativité. Rappelons aussi qu’il n’avait fait que 24% au premier tour en 2017, trois quarts des Français ne lui ayant pas accordé leur confiance.

La colère et la baisse du pouvoir d’achat n’est pas l’unique fait des gouvernements d’Édouard Philippe. Ce dernier ne fait que poursuivre, avec parfois un peu plus de fermeté, la politique menée par François Fillon et Manuel Valls. Cependant, le gouvernement paye le mépris qu’il affiche pour les Français pauvres, eux qui travaillent parfois durs mais sont qualifiés de « Gaulois réfractaires au changement » du libéralisme et de la finance internationale.

Ballon d’or 2018

Le Ballon d’or est sans doute une des plus fameuse récompense dans le monde du football. Elle est attribuée au meilleur joueur de football de l’année, non pas par un groupe de professionnels (joueurs, entraîneurs) mais par des journalistes sportifs. Or, comme toujours, ce classement pose question. Le premier prix a été attribué à Luka Modrić. Peu de contestation pour cela : c’est probablement le meilleur joueur à son poste, il a fait une bonne saison 2017-2018, il est arrivée en finale de la Coupe du monde avec la petite Croatie et a gagné la ligue des Champions avec son club – victoire entachée par l’attentat de Sergio Ramos sur Mohamed Salah, mais passons. En revanche, la deuxième place est attribuée à Cristiano Ronaldo. Certes, Cristiano Ronaldo est une machine à but, presqu’un robot, on lui passe la balle et il la met dans le but, avec le pied bien sûr mais aussi la tête, la cuisse, le genou. Cependant, il a été éliminé avec son équipe en 1/8e de finale de la Coupe du monde et son début de saison au Real Madrid en 2017 était plutôt décevant. Enfin, le troisième est Antoine Griezmann. Champion du monde, malgré un démarrage difficile pour lui dans la compétition, vainqueur de la ligue Europa, c’est un attaquant brillant. Bref, Ronaldo comme Griezmann sont des bons joueurs, mais on voit un biais très présent dans le classement (mais aussi dans les médias) depuis ses débuts : la survalorisation des attaquants. C’est l’attaquant qui marque les buts, toutefois ce n’est pas à lui seul que l’on doit une victoire! Sans ses collègues pour lui passer la balle ou pour protéger le but, l’attaquant n’est rien. Par exemple, ce n’est pas faire injure à Cristiano Ronaldo que de noter qu’il a toujours été entouré d’excellents passeurs.

On pourra s’étonner de ne pas trouver Raphaël Varane (7e) sur le podium, lui qui a gagné la ligue de Champions avec Modrić et gagné la coupe du Monde avec Griezmann en étant un des piliers de la défense. On peut aussi être surpris que N’Golo Kanté (11e) ne remporte pas davantage de suffrages, lui qui est particulièrement brillant dans le championnat anglais. On regrettera aussi qu’entre 2009 et 2017, le Ballon d’or ait été partagé entre Cristiano Ronaldo et Lionel Messi, laissant de côté des joueurs exceptionnels tels que Marcelo, Manuel Neuer, Andrés Iniesta, Gianluigi Buffon, voire Bastian Schweinsteiger ou Andrea Pirlo. Au final, c’est le poste qui favorise le classement. Il y a quasiment systématiquement au moins 2 attaquants dans le podium, le gagnat est presque toujours un attaquant, parfois un milieu. Seuls 3 défenseurs ont obtenu le Ballon d’or depuis 1956 – Franz Beckenbauer, Matthias Sammer, Fabio Cannavaro – et un seul gardien, Lev Yachine.

Coupe du monde de football 2018 – Bilan de la phase de groupes

La phase de groupes de la coupe du monde de football 2018 vient de s’achever. Demain, c’est déjà les huitièmes de finales. Alors, quel bilan en tirer? Tout d’abord, les favoris déçoivent. L’Allemagne a été franchement mauvaise et est éliminée dès le premier tour, en perdant au 3e match par la petite équipe de la Corée du Sud. Son équipe composée pour moitié de joueurs d’expérience, Özil, Boateng, Müller, Kroos, Khedira, champions du monde en 2014, a manqué de vigueur et peut-être de motivation. Neuer, le gardien rentré de blessure, n’aura pas pu sauver son équipe. L’équipe d’Espagne s’est qualifiée avec peine, même si elle finit première de son groupe, faisant deux matchs nuls et ne battant que l’Iran. Là aussi, une équipe avec beaucoup de « vieux » : Piqué, Ramos, Busquets, Inesta, Costa ou David Silva. Certes, de très bons joueurs mais qui n’ont pas brillé. La France a bien géré la phase de groupe, en gagnant les 2 premiers matchs de la phase de groupes, mais elle n’aura épaté personne. Griezman n’a pas animé l’équipe comme espéré (peut-être parce qu’il n’est pas meneur de jeu, comme le voudrait l’entraîner, mais simplement attaquant), l’équipe semblait endormie. Quant au Brésil, il finit premier de son groupe avec 7 points, mais il a fait match nul contre la Suisse.

Et les autres équipes ? Regardons quelques groupes. Dans le groupe A, l’Uruguay de Suárez et Cavani a gagné tous ses matchs, mais son groupe était assez facile. La Russie a impressionné les foules… en gagnant contre l’Arabie Saoudite et l’Égypte. Le groupe B a finalement montré un résultat serré. L’Iran s’en sort bien, à 1 point seulement du Portugal et de l’Espagne. Le Portugal a de la chance d’avoir Cristiano Ronaldo qui sait mettre des buts dès qu’il a un ballon sur le pied, car il n’a pas été impressionnant. On est déçu pour le Maroc qui a très bien joué. Il a dominé presque tout son match contre le Portugal (qu’il a au final perdu) et il a fait match nul contre l’Espagne. Cependant il a pêché en défense et manqué de concrétisation en attaque. Le Maroc aura néanmoins montré de la passion et du talent propre au Maghreb : on se souvient de la bonne coupe du monde 2014 de l’Algérie, qui avait dû s’incliner contre le futur champion allemand en 1/8e de final après un match d’un très haut niveau. Le groupe D a été passionnant. L’Argentine a beaucoup déçu, elle a même failli ne pas passer le premier tour, surtout en face d’un Nigéria qui a été très appliqué lors du 3e match. Malgré son attaque de folie (Messi, Higuaín, Dybala), les Argentins ont fait un jeu assez mauvais, en ayant recours comme les petites équipes à de mauvais gestes pas très fair-play. Avec seulement 4 points, l’Argentine passe cependant. L’Islande, quart de finaliste à l’Euro 2016, a développé un jeu d’un très bas niveau. Dans ce groupe D, l’équipe qui a vraiment séduit est la Croatie. Elle a gagné tous ses matchs (2-0, 3-0, 2-1). Même si c’est un petit pays avec ses 4 millions d’habitants, l’équipe nationale a Rakitić et Mandžukić, mais surtout un fameux capitaine. Luka Modrić est pour moi un milieu relayeur exceptionnel, un des meilleurs joueurs au monde, injustement moins célèbre que Ronaldo ou Messi. Le groupe G a accueilli deux très bonnes équipes, la Belgique qui a gagné tous ses matchs et l’Angleterre emmenée par Kane. Enfin, le groupe homogène H a la particularité de voir passer le Japon, pourtant a égalité totale avec le Sénégal, juste au fair-play, les Nippons ayant eu moins de cartons. On peut regretter qu’aucune équipe africaine (Nigéria, Maroc, Tunisie, Sénégal, Égypte) n’ait réussi à se hisser dans la phase finale de la compétition.

Alors, à l’aune des 1/8e de finale, quelles prédictions? La Croatie comme la Belgique semblent en pleine forme, elles arriveront sans doute en quart de finale. La France, sur le papier, fait définitivement partie des favoris, elle peut aller la loin dans la compétition si elle élève un peu son niveau de jeu. Le Brésil étant le Brésil, il peut faire quelque chose mais cela reste hypothétique. Neymar est excellent dribbleur mais il n’est efficace devant le but. Marcelo est exceptionnel mais l’équipe aurait été plus forte avec Dani Alves, absent suite à sa blessure face aux Herbiers en coupe de France. L’Espagne, le Portugal et l’Argentine ne semblent pas en mesure d’arriver au bout.

Deschamps a choisi son équipe pour la coupe du monde de football

La coupe du monde de football approche. Elle aura lieu à partir de mi-juin, en Russie. Le choix peut paraître étonnant, car si les Russes aiment le football, ce n’est pas véritablement le sport roi là-bas, comme peuvent l’être le hockey sur glace ou le patinage artistique. Les clubs russes brillent peu sur la scène internationale, à part deux victoires quand même en ligue Europa (CSKA Moscou en 2005 et Zénith Saint-Pétersbourg en 2008). L’équipe nationale quant à elle, a un niveau assez faible. Son seul fait d’armes est d’avoir atteint les demi-finales du championnat d’Europe de football en 2008, mais sans briller (elle était sorti 2e de son groupe et avait éliminé les Pays-Bas en quart après prolongation). Son seul joueur vraiment célèbre est le fameux gardien Lev Yachine. Bref, si la Russie a obtenu la coupe, c’est sans doute plus pour des raisons autres que sportives, ce qui est d’ailleurs confirmé par le choix de la prochaine coupe, qui aura lieu au Qatar. Il semble que la FIFA de Sepp Blatter ait été sensible à l’argent proposé par des pays ayant soif de reconnaissance internationale.

Le sélectionneur français a présenté le 17 mai 2018 la liste des joueurs qui iront pour le mondial. Commentons cette liste. Tout d’abord, parlons de Didier Deschamps. Capitaine de l’Équipe de France qui a remporté la Coupe du monde 1998 et le Championnat d’Europe 2000, il a réussi en tant qu’entraîneur à arriver en quart de finale de la Coupe du monde 2014 (en échouant face à l’Allemagne, futur champion) puis en finale de l’Euro 2016. Didier Deschamps travaille aussi sérieusement à redorer l’image de l’équipe après le fiasco de Knysna. Quel que soit le parcours de l’équipe lors de cette coupe, c’est déjà le plus grand entraîneur qu’ait eu l’équipe depuis le départ d’Aimé Jacquet.

Les gardiens sélectionnés sont Hugo Lloris, Steve Mandanda, Alphonse Areola. Tous trois ont l’expérience du haut niveau qu’ils ont rencontré cette saison dans les compétitions européennes. Hugo Lloris est un choix logique, c’est sans doute le meilleur gardien français, c’est un joueur d’expérience (96 sélections), il est intelligent, bien éduqué et c’est aussi le capitaine. Areola et Mandanda ont été préféré à Benoît Costil, qui fait partie de la liste des suppléants, et surtout à Stéphane Ruffier. On sait que Ruffier et Deschamps ont eu plusieurs discussions à ce sujet, on peut supposer que Ruffier était moins compatible avec le groupe.

Les défenseurs sélectionnés sont Benjamin Pavard, Presnel Kimpembe, Raphaël Varane, Samuel Umtiti, Adil Rami, Djibril Sidibé, Lucas Hernandez, Benjamin Mendy. Les réservistes sont Mathieu Debuchy, Kurt Zouma, Mamadou Sakho, Lucas Digne. Le meilleur défenseur français, Laurent Koscielny, est blessé et ne pourra pas participer. C’est d’autant plus dommage qu’il est souvent cité comme étant un très bon camarade. Disons le tout de suite, la défense est l’élément faible de cette équipe. En particulier, la France ne dispose pas de grand joueur latéral à la Marcelo ou à la Lizarazu. Le choix de Varane et Umtiti est logique, ils ont fait leur preuve. Rami avec ses 33 sélections a l’expérience nécessaire. Pour les autres, ils doivent faire leurs preuves. si l’on additionne le nombre de sélection de Mendy, Pavard, Kipembe et Hernandez, on arrive tout juste à 10. Didier Deschamps a fait le pari de la fraîcheur. Pour l’anecdote, Lucas Hernández, en plus de jouer dans le même club qu’Antoine Griezmann, a la particularité comme ce dernier d’être quasiment autant espagnol que français. Les réservistes auraient tous leur place dans la sélection, particulièrement Sakho, mais sa saison ne lui a sans doute pas permis de montrer tout son potentiel. Parmi les non appelés, on peut citer Christophe Jallet, à cause de sa blessure au genou et probablement à cause de son âge (34 ans). Bacary Sagna, qui avait été un remarquable titulaire lors de l’Euro 2016, n’a pas joué lors de la saison 2017-2018 et joue dans un modeste club italien : son absence du groupe se comprend. Layvin Kurzawa n’a pas été sélectionné, Deschamps lui préférant Lucas Hernández. Sans doute à cause de la saison décevante de Kurzawa. Il faut aussi se rappeler que Kurzawa avait insulté Deschamps sur une vidéo postée sur Internet.

Les milieux choisis sont Paul Pogba, N’Golo Kanté, Blaise Matuidi, Corentin Tolisso, Steven Nzonzi. Parmi les réservistes, on trouve Adrien Rabiot, Moussa Sissoko, Kingsley Coman. Pogba, Kanté et Matuidi sont parmi les meilleurs milieux au monde, c’est donc logique qu’ils soient là. Tolisso est sûrement là en raison de sa polyvalence, pouvant jouer à plusieurs postes. Quant à Nzonzi, il est là car Deschamps voulait une doublure à Kanté. Coman n’est que réserviste probablement à cause de sa blessure à la cheville qui l’a empêché de jouer une partie de la saison. Sissoko, excellent joueur, paye sans doute son peu de temps en sélection. Enfin, Rabiot, qui a fait sensation en refusant la place de réserviste, a sans doute été écarté pour ses faibles performances en équipe de France et en ligue des Champions cette année, sans compter une certaine arrogance peut-être déjà détectée par le sélectionneur. Yohan Cabaye ne fait pas partie du voyage, tout simplement parce que son niveau est bon mais en-dessous des sélectionnés.

Enfin, viennent les attaquants. Les sélectionnés sont Antoine Griezmann, Thomas Lemar, Olivier Giroud, Kylian Mbappé, Ousmane Dembélé, Nabil Fekir, Florian Thauvin, avec en réservistes Anthony Martial, Wissam Ben Yedder et Alexandre Lacazette (Arsenal FC). Griezmann, Mbappé et Giroud sont incontestables grâce à leur talent et leur performance en équipe de France. Pour les autres, Deschamps a du faire un choix, tant la France regorge de bons attaquants. Deschamps a reconnu que Dimitri Payet aurait sans doute été de la partie s’il ne s’était pas blessé. Martial ou Lacazette sont réservistes, mais ils auraient pu être titulaires. Alassane Pléa aurait aussi pu être de la partie.

Karim Benzema, joueur clef du Real de Madrid depuis une décennie, ne fait partie du voyage. Même si ses performances en club ont été moins bonne cette saison et que la victoire en ligue des champions de Madrid n’est pas époustoufante (attentat de Ramos sur Salah et erreurs de Karius), le choix est clairement dicté principalement par son mauvais comportement. Rappelons que Benzema avait été impliqué dans une tentative de chantage visant son coéquipier Mathieu Valbuena, s’était moqué de Giroud sur les réseaux sociaux, avait déclaré que « Deschamps a cédé à une partie raciste de la France » en ne le sélectionnant pas en équipe de France. On ne sait pas exactement ce que Benzema a voulu dire, mais ses supporters eux ne se gênent pas pour qualifier Deschamps de raciste anti-arabe. De la même manière, Samir Nasri, malgré des performances pas incroyables, avait qualifié Deschamps de raciste suite à sa non sélection en 2014. Enfin, Benzema et son agent ont plusieurs fois essayé de mettre la pression sur le sélectionneur via des plans de communication et des apparitions dans les médias, mais sans succès. Ce qu’ils oublient aussi, c’est que Benzema était resté plus de 1200 minutes sans marquer en équipe de France, ce qui, même pour un attaquant altruiste, est assez colossal. L’absence de Benzema peut étonner, mais il a des précédents de joueurs parmi les meilleurs techniquement qui ont été écartés de compétition majeures, tels que Éric Cantona et David Ginola en 1996 ou Nicolas Anelka en 2004. Le jovial Franck Ribéry, toujours percutant avec le Bayern, n’a pas non plus été appelé. Son comportement avait été décrié en 2010 et de toutes façons, il avait pris sa retraite internationale en 2014.

Somme toute, l’équipe de France est plutôt belle sur le papier. Le sélectionneur a du talent. L’équipe possède des grands joueurs de classe mondiale, en particulier au milieu et en attaque. On y trouve de nombreux jeunes, mais aussi de l’expérience. Lloris disputera sa troisième coupe du monde, Griezmann, Pogba, Matuidi et Varane leur deuxième. Aucune forte tête, diva ou joueur arrogant ne fait partie du groupe, ce qui garentiera sûrement une bonne cohésion. Malgré des faiblesses montrées lors des matchs de qualifications, l’équipe fait sans doute partie des favoris tout comme l’Allemagne, le Brésil, l’Espagne et l’Argentine.

Nuit noire à Dunkerque

Le Carnaval de Dunkerque est une grande fête de la région dunkerquoise depuis le XVIIe siècle. Le plus grand carnaval en France est aussi une véritable institution culturelle avec un folklore fourni. Durant plusieurs jours, les gens se retrouvent dans des défilés ou des bals, forment des équipes, une grande partie des hommes sont déguisés en femme, on jette des harengs de l’hôtel de ville, on chante, on rit, on boit, on danse, on se bouscule un peu rudement, on chahute.

Or, cette année, le carnaval est accusé de racisme. Pourquoi ? Un des travestissements traditionnels est celui de sauvage zoulou à grand coup de maquillage noir, grimaçant, qui a même le droit à son bal dédié : la Nuit des Noirs. Or, une association francilienne d’activistes noirs en mal de reconnaissance a décidé de sauter sur l’occasion pour faire parler d’elle. Quelques jours avant, une photo d’Antoine Griezmann, le brillant attaquant de l’équipe de France de football, grimé en basketteur noir avait déjà provoqué une polémique. Pour les militants, il faut donc battre le fer parce qu’il est chaud. Une tentative d’associer maladroitement l’événement à une problématique américaine, le blackface (caricature stéréotypée de personne noire dans le théâtre américain du XIXe et de la première moitié du XXe siècle) a même été essayée. Sans doute parce que les militants noirs français puisent leur inspiration dans les puissants mouvements afro-américains (Black Panther, Nation of Islam). Sauf que là, on parle de Dunkerque, pas de Chicago. Il n’y a pas de Ku Klux Klan dans les Flandres françaises, la pluie éteindrait les bûchers.

Lors du carnaval de Dunkerque, les gens de tous les âges, de toutes origines sociales et de toutes les couleurs de peau (eh oui, il y a aussi des Noirs à Dunkerque) se retrouvent pour se déguiser. Les déguisements sont volontairement grossiers et caricaturaux, pour s’amuser. Personne ne s’intéresse à leur authenticité : ce n’est pas un documentaire. On peut se déguiser en Spirou ; en pélican ; en Français avec sa baguette, son béret et sa moustache ; on peut aussi se déguiser en zoulou. Quand on se travestit en femme, ce n’est pas de la misogynie ; quand on se déguise en vampire ce n’est pas pour boire le sang des gens. La couleur de la peau n’a rien à voir là-dedans, c’est pour de faux, pour s’amuser. La ligue de défense norvégienne devrait-elle attaquer les carnavaleux déguisés en Vikings ? Les masques blancs du carnaval de Venise sont-ils racistes ? Un clown qui se maquille en blanc, est-ce du suprémacisme blanc ?

Je peux comprendre que certains déguisements ne fassent pas rire certains, voire puissent malheureusement les blesser, comme peuvent le faire des caricatures dans les journaux. C’est cela la liberté d’expression, et surtout, il faut comprendre que les gens font cela pour s’amuser et non pas pour blesser quiconque. Si le carnaval ne vous plaît pas, n’y allez pas ! Ou alors, allez-y et singez un blanc ! Cela sera aussi une bonne occasion de manger un potjevleesch et de visiter la ville de Jean Bart, car il est évident que de tous ces militants n’y ont jamais mis les pieds.

Bien que la polémique ait surgi jusque dans les médias nationaux, la mairie de Dunkerque a confirmé que la Nuit des Noirs aura bien lieu le 10 mars 2018. Environ 10 000 personnes sont attendues dans la Kursaal. N’oubliez pas de réviser vos chants de carnaval !