Gilets jaunes : la stratégie du gouvernement

Trois semaines après le début du mouvement des gilets jaunes, la technique du gouvernement, reprise par les partisans du président de la République, est celle de la manipulation de l’information. Dès le premier jour de la contestation, lors de la manifestation du samedi 17 novembre 2018, des incidents sans rapport direct avec le mouvement sont recensés : ainsi, une agression homophobe, des blessés légers (dont des altercations entre automobilistes et piétons). Cela continue les jours suivants, avec une multitude de détails sur les blessés ou les débordements, qui sont pourtant le lot de toutes les manifestations de cette ampleur en France avec plusieurs centaines de milliers de manifestants. On monte en épingle les casses faits dans la capitale, alors qu’ils sont l’oeuvre d’une petite minorité de manifestants violents, par provocation ou par désespoir, mais aussi de casseurs de banlieue qui viennent simplement pour voler et détruire sans aucune conscience politique. Plus grave, on a aussi souvent l’impression que la préfecture ne fait pas le nécessaire pour empêcher les débordements – peut-être pour ternier l’image des gilets jaunes.

Une autre technique visant à discréditer les militants visent à tenter de leur apposer une étiquette. On a ainsi accusé les militants d’être anti-écologistes, car ils manifestaient à l’origine contre la hausse des prix du carburant automobile. En réalité cette hausse est simplement la goûte d’eau qui a fait déborder le vase après les cadeaux faits à la grande bourgeoisie (ISF, flat tax sur les revenus financiers) et l’augmentation des taxes pour les plus démunis et les classes moyennes (baisse des APL, hausse de la CSG). Fréquemment on a aussi qualifié les gilets jaunes d’être d’extrême-droite, car certaines personnes interviewées sont des militants d’extrême-droite. C’est un raccourci mensonger : le mouvement des gilets jaunes est largement non partisan et s’est développé en dehors des partis traditionnels, sur Internet et dans la rue. Aucun parti politique n’a la main sur le mouvement même si certains le soutiennent, à droite, à gauche comme au centre (Rassemblement national, France Insoumise, Les Républicains, les centristes de Jean Lassalle). Enfin une dernière technique a été créée pour essayer d’éroder le mouvement. Les médias ont communiqué sur la création de groupe de foulards rouges dans le sud de la France, qui seraient opposés aux gilets jaunes. Le choix de la couleur rouge est assez intéressant, couleur normalement celle des communistes ou des révolutionnaires, mais rarement celle de la bourgeoisie. Diviser pour régner? Enfin, on a aussi accusé les gilets jaunes de plomber l’économie française, ce qui est assez maladroit, sachant que le mouvement s’est créé sur des problèmes économiques.

Emmanuel Macron doit son élection à la communication et au marketing, c’est donc à travers ce prisme qu’il a essayé de se sortir de la crise. Le gouvernement s’est donc attelé avec vigueur à la désinformation ou manipulation de l’information. En revanche, pour le reste, il a fait preuve d’un amateurisme effarant. D’une part, le mouvement de protestation a été grandement sous-évalué. Ensuite, Emmanuel Macron a voulu répondre à la contestation avec arrogance et fermeté. Ainsi, pour la manifestation prévue samedi 8 décembre, Édouard Philippe a annoncé vouloir déployer à Paris des véhicules blindés Berliet VXB 170 de la gendarmerie alors qu’ils n’ont jamais été utilisés auparavant dans la capitale. Déjà, la presse a reporté lors de ces dernières semaines l’utilisation de plusieurs dizaines de milliers de grenades lacrymogènes. C’est une erreur : on ne gagner face à la colère, la haine ou des groupes radicalisés avec une escalade de la violence. Ce qu’il faudrait, ce sont des gestes d’apaisement, du dialogue. Or, le chef de l’état, le gouvernement et les députés de la majorité ne se sont exprimés que pour condamner le mouvement sans montrer la moindre empathie. Le gouvernement a attendu le 30 novembre pour recevoir ses manifestants et le 4 décembre pour faire un geste timide (le renoncement provisoire à la taxe sur les carburants).

On peut aussi noter que si le gouvernement et les partisans d’Emmanuel Macron ont eu du mal à voir venir la contestation, c’est parce qu’ils sont assez isolés. Macron a été élu par les classes moyenne supérieures et la bourgeoisie, par des électeurs essentiellement situés à Paris et dans les grandes métropoles. De plus, il n’a pas véritablement de parti ancré dans les territoires et ne possède donc pas de nombreux relais locaux. La géographie des dons de la campagne d’Emmanuel Macron, révélée par le Journal du Dimanche daté du 2 décembre, montre que 56% des dons viennent de l’Île-de-France et 14% d’expatriés. Avec 800 000 euros de dons, le Royaume-Uni rapporte plus que l’ensemble des dix plus grandes villes françaises de province. Or, la contestation est partie de personnes modestes, vivant majoritairement en Province dans des territoires jugés délaissés par les pouvoirs publics. Le président est donc à la tête d’un pouvoir qui souffre d’un déficit de resprésentativité. Rappelons aussi qu’il n’avait fait que 24% au premier tour en 2017, trois quarts des Français ne lui ayant pas accordé leur confiance.

La colère et la baisse du pouvoir d’achat n’est pas l’unique fait des gouvernements d’Édouard Philippe. Ce dernier ne fait que poursuivre, avec parfois un peu plus de fermeté, la politique menée par François Fillon et Manuel Valls. Cependant, le gouvernement paye le mépris qu’il affiche pour les Français pauvres, eux qui travaillent parfois durs mais sont qualifiés de « Gaulois réfractaires au changement » du libéralisme et de la finance internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code