Grossophobie ou santé ?

Dans le cadre de la Semaine de lutte contre les discriminations, le 15 décembre 2017, la Mairie de Paris a organisé un événement grand public pour lutter contre « la grossophobie ». On passera sur le terme particulièrement mal choisi : personne n’a peur des gros. On devrait davantage parler de misogrossie (misodêmos ?). Les personnes en surpoids sont la cible de moqueries et de discriminations, c’est parfaitement sain et juste d’en parler. Cependant, ce sujet comporte un risque : banaliser l’obésité. C’est souvent ce biais que l’on remarque en Amérique du Nord lors de campagnes pour défendre les personnes obèses ou en surpoids : on veut faire passer le surpoids pour quelque chose de normal.

L’article de la mairie de Paris resence des stéréotypes « grossophobes » et parmi eux, on retrouve : la maladie (sic). L’OMS indique qu’un surpoids augmente les risques de contracter des maladies cardiovasculaires, le diabète, les troubles musculo-squelettiques (en particulier l’arthrose) et certains cancers. Bref, être en surpoids, cela arrive, cela ne doit pas être source de discrimination, mais ce n’est pas une simple apparence physique neutre : c’est un problème pour la santé et il ne s’agit pas d’un stéréotype. Plutôt que d’adapter la société à un nombre croissant de personne en surpoids, il faut continuer de consacrer des programmes de santé pour aider les personnes en surpoids à retrouver un poids normal. Un poids plus agréable, non pour les autres, mais pour soi-même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code