Le corse est-il une langue ?

On a pu étudier le ch’ti il y a quelques jours. Essayons avec un autre idiome : le corse. Inutile de le présenter : comme son nom l’indique, le corse est originaire de l’île éponyme.

Le corse est extraordinairement proche du toscan, en particulier pour ses variantes de la Haute-Corse (le cismontano) ; rien d’anormal quand on sait que Pise a longtemps eu une grande influence sur l’île. Ainsi, un locuteur italien comprend facilement 90% du corse sans n’avoir jamais étudié ou entendu cette langue (j’ai testé), l’accent étant le principal obstacle. En effet, l’accent corse est bien différent de l’italien standard d’aujourd’hui – le corse est plus lent et moins limpide que l’italien, car on étouffe pas mal de sons (on retrouve ce type d’accent dans certaines régions d’Italie). Le corse a aussi quelques mots particuliers, un peu comme le français québécois vis-à-vis du français européen.

Originellement, en Corse, comme partout en Europe, on parlait des dialectes différents avec des prononciations distinctes dans chaque vallée. Le vocabulaire pouvait être assez différent (les chercheurs estiment les différences entre 10 et 20%), mais les locuteurs étaient capables de se comprendre. Ainsi, à Sartène on parlait quasiment le gallure (dialecte du nord de la Sardaigne), au sud d’Ajaccio on parlait l’oltramontano (avec ses prononciations en « u », comme en sarde) et au nord on avait un dialecte plus proche du toscan, particulièrement dans le Cap. Exception notable, à Bonifacio – sans doute à Calvi aussi – on parlait ligure – une langue bien différente du toscan et du corse actuel. Pour les curieux, les linguistes ont réalisé des cartes qui reproduisent le mieux possible la répartition de ces dialectes.

L’idée de langue corse en tant que telle est une invention très récente. Le corse d’aujourd’hui, tel qu’il est enseigné, n’est écrit que depuis 1960. Jusque la Seconde guerre mondiale, « le corse » désignait les dialectes parlés en Corse, alors que les journaux et les écrits locaux étaient édités en italien standard (à l’exception des communications administratives qui étaient évidemment en français).

Après la Seconde Guerre mondiale, une langue-toit regroupant les caractéristiques des différents dialectes est créée. Le but initial est de permettre aux Corses francophones bilingues de transmettre leur culture aux jeunes générations. La création est aussi fortement influencée et motivée par le le rejet de l’irrédentisme puis la montée du nationalisme. Cela va avoir des conséquences étonnantes. Lors de la création de la langue, le contre-pied de l’italien est systématiquement choisi : on prend le « u » du sud plutôt que le « o » du nord, on adopte une graphie exotique « vechju » plutôt que « vecchio » (ces deux exemples sont prononcés identiquement). La langue corse cherche à se singulariser. Pour les nationalistes, il s’agit de montrer qu’on a une identité forte avec des symboles nationaux : un pays, une culture, un drapeau… une langue indépendante.

Aujourd’hui, le corse est encore assez vivant car il y a un regain d’intérêt chez les nationalistes et les défenseurs de la culture de l’île, cependant une bonne partie des locuteurs parlent avec l’accent français – c’est le cas dans la majorité du contenu en corse que l’on trouve sur Youtube – et même ceux qui le parlent bien, parlent un corse assez francisé, à cause de la proximité du français.

On pourrait ergoter sur le fait que le corse soit un dialecte ou un patois. En fait, la limite entre dialecte et langue est très subtile. Un dialecte ou un patois est souvent une petite langue qui n’est pas reconnue par une entité politique. Les frères Bernardini chantent avec des mots qu’il ont appris de leur maman : c’est donc bien une langue organisée, qui permet de communiquer et d’exprimer des idées. L’unique question à se poser est donc la suivante : est-ce une langue distincte des langues déjà existantes ?

C’est là que le bât blesse. La linguistique se moque de la politique. Comme en biologie avec les espèces, les linguistes se basent sur les caractéristiques observables. Ainsi, la langue officielle du Monténégro est le monténégrin, mais pour les linguistes, c’est du serbo-croate. Évidemment, les Corses qui sont fiers prétendent souvent qu’ils ont « leur » langue, mais pour certains linguistes c’est une juste une petite variante du toscan. C’est à dire que le corse serait au toscan ce que le ch’ti est au picard, une variation locale. Certains Corses soutiennent cette hypothèse, il y a d’ailleurs même des sites corses, écrits par des Corses, qui parlent de la Corse… en italien (voir ici par exemple). Linguistiquement parlant, le statut de « langue corse » est donc plus politique que réaliste, ce qui n’enlève rien à la qualité de la langue parlée sur l’île de Beauté. En outre, chacun a le droit de l’appeler comme il veut – comme dans le Nord, le peuple n’appelle pas le picard picard mais ch’ti, voire récemment encore simplement patois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code