Le ch’ti est-il une langue ?

Le ch’ti, que les linguistes appelent « picard » (c’est la même langue) est considérée par les linguistes comme une langue romane bien distincte du français. Parlé en Picardie, dans une partie du Nord-Pas-de-Calais et au sud-ouest de la Belgique, on observe des variations géographiques, mais le lexique est le même, tout comme la grammaire et la construction des phrases.

Il y a peu de littérature en picard. Cela s’explique par le fait que le picard a été supplanté très tôt par le français chez les élites. On trouvait cependant pas mal de textes au picard au Moyen-Âge, comme par exemple ceux d’Adam de la Halle. Plus récemment il y a eu les textes de Jules Mousseron (entre-deux guerres) mais cela reste anecdotique, presque plus personne n’écrit en picard.

Une graphie du picard fait consensus (Feller-Carton) et il existe des manuels de grammaires du XXe siècle, mais rien n’est officiel. La langue est grandement menacée, il ne faut donc pas s’attendre à ce que cela s’améliore, si tant est qu’il y ait un besoin. Il y a évidemment des caratéristiques grammaticales propres au picard, comme par « el carette Batisse » pour « la charette de Baptiste », construction d’origine latine qui nécessite une préposition en français mais pas forcément en picard.

Enfin, le picard est étudié à l’Université de Lille 3, l’université d’Amiens et même aux États-Unis d’Amérique (voir ici).

On pourrait ergoter sur le fait que le ch’ti soit un dialecte ou un patois. En fait, la limite entre dialecte et langue est très subtile. Un dialecte ou un patois est souvent une petite langue qui n’est pas reconnue par une entité politique. Dany Boon a parlé avec des mots qu’il a appris avec sa maman : c’est donc bien une langue organisée, qui permet de communiquer et d’exprimer des idées. L’unique question à se poser est donc la suivante : est-ce une langue distincte des langues déjà existantes ? Pour le ch’ti-picard, il n’y a pas débat, il était déjà écrit avant l’an 1000 et les francophones vivant en dehors de sa zone géographique ne le comprennent que très peu. Si vous avez un doute, demandez à quelqu’un d’une autre région de traduire une chanson d’Edmond Tanière.

1 pensée sur “Le ch’ti est-il une langue ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code