Présidentielle 2017 : Bilan de la campagne

La campagne du premier tour de la présidentielle française de 2017 touche à sa fin. Il y a plusieurs enseignements à en tirer.

Le premier, c’est que les primaires sont un échec complet. Pour être élus à la primaire, les candidats ont dû développer un programme audacieux (un programme bien à gauche pour Hamon, bien à droite pour Fillon) qui a ensuite bien handicapé leur capacité à rassembler une fois désignés. Cela les a isolé de l’électorat global et les attaques de campagne de primaire a laissé des traces dans leur parti et leurs adversaires rechignent à respecter le choix des électeurs. Résultat des primaires, il est possible que ni Hamon ni Fillon ne soient au deuxième tour (pour Jadot, vainqueur de la primaire écologiste, c’est déjà certain depuis plusieurs mois).

Les deux thèmes omniprésents de la campagne ont été l’économie et le positionnement géopolitique de la France. Plusieurs candidats souhaitent rénégocier en profondeur la relation de la France avec l’Union Européenne (voire pour certain une sortie) ou sortir de l’OTAN. La position à adopter face aux conflits du Proche-Orient et la Russie a aussi été source de débats. Au sujet de l’économie, les débats ont principalement porté sur le chomâge et la relance de l’économie française. Une particularité aussi, quasiment tous les candidats se sont présentés comme représentant le chanegement ou étant anti-système (ce système pouvant être l’oligarchie financière ou les partis traditionnels), quand bien même ils auraient été récemment au gouvernement ou des professionnels de la politique depuis plusieurs décennies.

Une autre nouveauté de cette campagne était l’abandon du principe d’égalité stricte dès la publication de la liste des candidats au Journal Officiel. Or, un projet de loi de 2016 défendu par Jean-Jacques Urvoas a modifié ces règles, faisant que le temps de paroles des candidats est désormais réduit, entre autres, à leur poids dans les sondages. C’est grave, car les sondages peuvent se tromper (ils n’avaient prévu ni le passage d’Hamon, ni celui de Fillon, ni celui de Trump, par exemple), parce que certains sondages sont fait par des entreprises privées et pourraient favoriser certains candidats. De plus, il y a des indécis, des gens qui ne souhaitent pas communiquer leur vote. En réalité, il n’y a pas de « petits » ou de « grands » candidats. Tant que le vote n’a pas commencé, tous sont à 0% et devrait bénéficier d’un temps de parole égal. Nicolas Dupont-Aignan a d’ailleurs parlé à juste titre de viol démocratique.

Cette campagne dénote aussi par ses rebondissements. Tout d’abord, Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, Manuel Valls, François Hollande n’ont pas réussi à être candidats. Ensuite, François Fillon, candidat d’une droite unie, qui aurait dû avoir un boulevard devant lui, s’est empêtré dans le penelopegate. Emmanuel Macron, soutenu par les médias et l’oligarchie, a réussi à occuper tout l’espace médiatique, contribuant avec Jean-Luc Mélenchon et ses talents de tribuns à complétement eclipser Benoît Hamon, le candidat socialiste.

Le deuxième tour reste particulièrement ouvert. Quatre candidats – Le Pen, Macron, Fillon, Mélenchon – sont probablement capables de l’atteindre. Le Pen n’a aucune chance d’être élue, ayant peu de réserve de voix, mais le cas idéal pour elle serait de ce retrouver contre Fillon, où elle pourrait activer son hochet « UMPS » et l’attaquer sur ses affaires. Macron a les médias et l’oligarchie en soutien, c’est un atout qui pourrait aussi se retourner contre lui : on se souvient du TCE, vanté par les médias et boudé par les électeurs. Il fera probablement moins que les scores qu’on lui prête. Mélenchon est très présent sur Internet, il a fait une bonne campagne mais peut être plombé par les autres candidatures de gauche qui vont lui prendre des voix, en particulier Benoît Hamon et Philippe Poutou. Étant donné que la place au second tour se fera à quelques pourcentages prêts, cela peut lui jouer des tours. L’étiquette « dangereux extrémiste » que lui colle les médias pourraient aussi pousser des électeurs pourtant acquis à son programme à voter pour Macron, plus consensuel et gendre idéal. Fillon, lui, a une partie de la droite qui le suit par dépit (il a déclaré avec lucidité « Je ne vous demande pas de m’aimer, je vous demande de me soutenir ») et le soutien sans faille des catholiques intégristes. Cependant, son positionnement pendant les primaires d’honnête homme contre la corruption et les révélations ensuite, sa promesse non tenue qu’il se retirerait s’il est mis en examen et sa mauvaise défense vont le miner. Sa présence au deuxième tour dépend directement du ratio de sa base d’électeurs qui va se reporter sur Macron, Lassalle et Dupont-Aignan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code