Universitop, classement des universités mondiales

Ces derniers jours, j’ai entendu parler du Classement des universités mondiales. J’ai lu dans la presse, « cette université en Allemagne est bien car elle est bien classée dans le Classement. Celle-là en revanche, au Royaume-Uni, est mal classée : n’y envoyez pas vos enfants ». C’est assez divertissant. Les gens parlaient du Top 500 des univeristés mondiales fait par à l’Université de Shangai Jiao Tong. Dans les 20 premiers, on trouve 17 universités américaines. Cela ne paraît pas très réaliste. Examinons la méthodologie qui a été utilisée.

Cette méthodologie peut être trouvée en ligne. Quels sont les critères pour avoir un bon classement?

Le premier critère est le nombre d’anciens élèves et de personnel qui ont obtenu un prix Nobel ou une médaille Fields. Pourquoi pas, mais de mon point de vue, cela ne renseigne pas sur la qualité éducative d’une faculté; si vous êtes un génie (de type Newton, Einstein), vous obtiendrez un prix dans votre vie indépendamment du lieu où vous avez étudié. Einstein est né à Ulm dans le Wurtemberg en Allemagne. Peut-on en déduire qu’Ulm est dans les 20 meilleures villes au monde contenant les personnes les plus intelligentes? Non, évidemment.

Le nombre de citations de chercheurs dans 21 catégories de recherche est aussi un critère. Les articles publiés dans Nature and Science, Science Citation Index-expanded, Social Science Citation Index. Toutes ces publications analysées sont en langue anglaise. Logiquement les deux « meilleurs pays » du classement sont les États-Unis d’Amérique et le Royaume-Uni, deux états anglophones; Canada n’est pas loin derrière, à la 5e place. Même si l’anglais devient la langue internationale dans le monde académique, de nombreux pays, en Europe en particulier, ne publient toujours pas toute leur recherche en anglais mais dans leur langue maternelle. Par conséquent le Classement est biaisé et les institutions anglophones sont favorisées.

Le dernier critère pris en compte et la taille de l’institution. On voit donc que les critères sont peu nombreux et peu pertinents. Ce dernier critère met le doigt sur un sérieux problème: les différences d’éducation.

En réalité, établir un classement des universités mondiales n’est pas possibe. Les différences sont bien trop grandes entre les universités et les systèmes éducatifs des différents pays. Prenons quelques exemples. Dans certains pays, il a une grosse sélection pour l’entrée à l’Université (i.e. Angleterre), dans d’autres, toute personne ayant un diplôme du secondaire est accepté (i.e. France). Certaines universités sont publiques et d’autres privées (le Classement ignore ce fait). En France, 85,7% du budget des université est financé avec de l’agent public, on tombre à 59,3% au Canada et à 46,9% aux États-Unis d’Amérique. La taille des universités est très différente. La région parisienne compte 17 universités pour 10 millions d’habutants : Paris I à Paris XIII, Université de Marne-la-Vallée, Université de Cergy-Pontoise, Université d’Évry-Val d’Essonne, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. À Tokyo, 12,5 million d’habitants, il y a plus de 100 universités si on compte aussi les « colleges ». Certaines grandes villes du monde ont seulement 4 ou 5 universités. Ce n’est pas équitable. Le budget des universités varie beaucoup: Paris VI, la plus grande université scientifique française a un budget de 243 millions d’euros (2002) pour 30 000 étudiants; Harvard aux États-Unis d’Amérique a 29,2 milliards de dollars (2006), cent fois plus, pour 20 000 étudiants.

Comment qualifié ce classement? Biaisé, non pertinent, faux: choisissez votre terme.

Universitop

Last days, I heard a lot about a Top World Universities. I read in the press, ‘this University in Germany is a good one because it is good ranked in the Top. And this one, in UK, is bad ranked: don’t send your children there’. Well, it is funny. People were talking about the Top 500 World Universities made by guys from Shangai Jiao Tong University. Hmm. In the top 20, we can see 17 US Universities. It doesn’t seem very realistic. Let’s inspect the methodology they used.

The methodology can be find online. What are the criteria to get a good ranking?

Alumni and staff of an institution winning Nobel Prizes and Fields Medals is one criteria. Well. Why not; but in my view, it doesn’t give an information about the quality of the education or the faculty; I think that if you are a genius (such as Newton, Einstein), you will won a price in your life wherever you have studied before. For example, Einstein is born in Ulm, Württemberg, Germany. Can we deduce that Ulm is in the top 20 cities of the world containing cleverest people? Obviously not.

Highly cited researchers in 21 broad subject categories is also a criteria. Articles published in Nature and Science. Articles in Science Citation Index-expanded, Social Science Citation Index. All of those publications analyzed are in English language. So the two « best countries » in the ranking are USA and United Kingdom, two English speaking countries; Canada is not so far away (5th). Even if English tends to be the international language in the academic world, a lot of countries, especially in Europe, still doesn’t publish all their researches in English, but in their native language. So the Top is very biased and the English-speaking institutions are taking a big advantage over the others.

The last criteria is the size of institution to evaluate the academic performance with respect to the size of an institution. Already here, we can see that the criteria are very few and irrelevant. But this last criteria insists on a big problem: the difference of education systems.

Ranking universities worldwide is not possible. There are huge differences of universities and education system in the large variety of countries. Let’s give some examples. In some countries, there is a strong selection to enter in University (e.g. England), and in other countries, everyone is accepted if you have an high school diploma (e.g. in France). Some University are public institutions and other are private (they are in the same ranking here). In France, 85,7% of the Universities budget comes from public money; this is 59,3% in Canada and 46,9% in USA. The size of the Universities can be very different. In Paris (10 millions inhabitants), there is 17 Universities: Paris I to Paris XIII, Université de Marne-la-Vallée, Université de Cergy-Pontoise, Université d’Évry-Val d’Essonne, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. In Tokyo (12,5 million inhabitants), there is more than 100 Universities, if we count also colleges. Some big cities around the world just have 4 or 5 Universities. This is not equitable. The budget of Universities is very different too: Paris VI, the biggest scientific French University has €243 million (2002) for 30 000 students; Harvard University, in USA, has $29.2 billion (2006), hundred times more, for 20 000 students.

So, what about this ranking? Biased, irrelevant, false: pick your favorite word.