Hontario

Finalement, la charia ne sera pas appliquée en Ontario. C’est bizarre d’écrire cela : c’est quand même assez hallucinant de s’être posée la question d’appliquer la charia ou non au Canada en 2005.

À l’origine, c’est la néo-démocrate Marion Boyd qui avait recommandé en décembre 2004 de modifier la loi provinciale sur l’arbitrage pour autoriser et encadrer l’arbitrage religieux en vertu de la charia. Cette proposition n’est pas vraiment stupide, si on l’observe sous l’angle du multiculturalisme, notion chère aux Canadiens. La Loi sur l’arbitrage est une loi conçue initialement pour les cas d’arbitrages commerciaux, mais elle a aussi été utilisée pour résoudre des problèmes familiaux. Or, il faut souligner que la province permet l’arbitrage aux chrétiens et aux juifs ! Dans ce cas, pourquoi ne pas instaurer des tribunaux islamiques traditionnels ? La proposition de Marion Boyd met juste en lumière la stupidité de l’application de cette loi ontarienne.

À l’inverse, une résolution de l’Assemblée Nationale du Québec a été adoptée le 2 juin 2005, qui s’oppose « à l’implantation des tribunaux dits islamiques au Québec et au Canada ». Pourtant, la situation n’est pas vraiment meilleure. Selon la loi québécoise, les beth din (« maison de la loi », en hébreu) sont en effet habilités à dissoudre des unions sur le plan religieux. Ces tribunaux rabbiniques tranchent aussi des disputes à propos de la garde des enfants et du partage des biens. On trouve même les tarifs pour des services d’arbitrages juifs sur le site montréalais mk.ca!

Heureusement, le Canada évolue. On a pu le voir le 27 septembre lors de la cérémonie d’investiture de la nouvelle gouverneure générale du Canada, Michaëlle Jean, où aucune allusion religieuse n’a été faite. De plus, le premier ministre de l’Ontario, Dalton McGuinty, s’est vu rassurant en affirmant le 11 septembre dernier que son gouvernement agirait rapidement pour interdire les tribunaux religieux existants, en vertu de la Loi sur l’arbitrage : « J’en suis venu à la conclusion que le débat avait assez duré. Il n’y aura pas de loi de la charia en Ontario. Il n’y aura pas d’arbitrage religieux en Ontario. Il y aura une loi pour tous les Ontariens. ».

Il est temps que le Canada se rende compte que la diversité culturelle n’implique pas l’instauration de juridictions d’exception (religieuses ou pas). Je sais que la Nouvelle France n’est pas en terre laïque, mais ce n’est pas une raison pour obéïr à toutes les requêtes stupides des lobbys religieux.

1 pensée sur “Hontario”

  1. Moi je suis un admirateur de Neil Bissoondath qui a dit tout le mal qu’il pensait des aberrations du multiculturalisme qui enferme les gens dans leur culture d’origine en les empêchant de s’ouvrir aux autres. A force de sacraliser et donc aussi de momifier l’identité originelle, on crée une société où des groupes juxtaposés s’ignorent avant de se jeter les uns sur les autres au nom du respect de la différence.

    Et ne pas oublier que l’idéologie officielle multiculturaliste a été conçue par les Trudeau et consorts pour noyer les revendications québécoises.

    Il est temps d’appliquer les mêmes lois pour tous les habitants du pays! bizarrement je constate que les femmes musulmanes ont été très actives pour faire capoter cette aberration tout comme il y a quelques années les amérindiennes ont réclamé la protection de la loi canadienne contre les coutumes de leurs clans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code